Aurélie Dotremont se livre sur ses relations avec son père : « J’ai été blessée pendant 30 ans »

Aurélie Dotremont se livre sur ses relations avec son père : « J’ai été blessée pendant 30 ans »
Invitée à parler de son ouvrage dans "C’est que de la télé," Aurélie Dotremont est revenue sur sa relation compliquée avec son père.

Ce mardi 26 novembre, Aurélie Dotremont a annoncé la sortie de son livre Tu finiras dans une vitrine. Un ouvrage poignant dans lequel la candidate de télé-réalité revient sur ses terribles souvenirs d’enfance, notamment sur le meurtre de sa sœur Sarah. Âgée de 15 mois à l’époque, la fillette est sauvagement assassinée le 16 janvier 1988 par Richard Remes, le beau-père d’Aurélie Dotremont.

Dans son récit, la jolie blonde explique également comment lui est venue l’idée de ce titre. Il s’agit tout simplement d’une phrase que son propre père lui aurait lancé. 

Cette remarque fait allusion aux prostituées qui s’exhibent dans les vitrines d’Amsterdam. Qu’est-ce qu’un papa qui dit une telle chose à sa fille ? Qu’est-ce qu’une gamine qui entend une telle chose de son père ?

peut-on lire dans son ouvrage.

Aurélie Dotremont : « il ne m’a jamais donné d’amour »

Invitée ce mardi 3 décembre dans C’est que de la télé, Aurélie Dotremont est revenue sur ces mots extrêmement violents et sur sa relation avec son père.

En fait, je ne lui pardonne pas par rapport à ses mots mais plus par rapport à ses actes. Du fait qu’il ne m’a jamais donné d’amour, qu’il n’a jamais été un papa gâteau. Après, c’est vrai qu’il a eu des mots durs, mais je pense que c’est un père qui avait plus peur pour sa fille que de vraiment vouloir lui faire du mal. Il a voulu me protéger dans un sens.

a-t-elle déclaré sur le plateau.

Étonnée par ces propos, Valérie Benaïm, l’a alors interrogée :

Ce qui est assez étonnant c’est que vous êtes quand même gentille avec lui. Vous lui trouvez des excuses […] on a l’impression que vous voulez l’excuser un peu.

ce à quoi Aurélie Dotremont a répondu :

On est tous différents, on a tous un caractère différent et j’ai pas envie de lui faire du mal non plus. Je ne suis pas là pour ça. J’explique tout simplement ce que j’ai ressenti en étant enfant mais loin de moi de vouloir lui faire du mal.

Avant d’ajouter : « J’ai été blessée pendant 30 ans ».

Pas rancunière…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :