Pamela Anderson, fait encore scandale en dénonçant la corrida.

Pamela Anderson, fait encore scandale en dénonçant la corrida.
Venue assister à Nimes pour une toute autre raison, Pamela Anderson en a profiter pour de nouveau lutter contre la tauromachie. On la retrouve assise devant une statue à l'éfigie de Christian Montcouquiol, l'homme qui reste encore aujourd’hui la principale figura de la tauromachie française.

Vêtue d’une jupe rouge rappelant la couleur du maillot de bain qu’elle portait dans Alerte à Malibu, Pamela Anderson a témoigné de son opposition à la corrida.

On retrouve l’actrice et militante devant les arènes de Nîmes. Une ville qui a vu passer ces derniers temps des artistes engagés qui dénonçaient également la tauromachie. En effet, il y a peu, Renaud avait montré son dernier tatouage qui avait provoqué la foule venue le voir performer. Aussi, Julien Doré avait divisé la foule après avoir chanté La Corrida de Francis Cabrel.

Installée devant a statue érigée à la mémoire de Christian Montcouquiol dit « Nimeño II » est un matador français, né à Spire (Allemagne) le 10 mars 1954 et mort à Caveirac (France, département du Gard) le 25 novembre 1991. « Nimeño II » reste encore aujourd’hui la principale figura de la tauromachie française. Pamela Anderson tenait deux pancartes à la main. La première annonçait déjà clairement le message. En effet, il y avait dessus la mention « Jeux barbares » sur la photo d’un taureau en sang. Quant sur la seconde, le message était encore plus clair et direct :

Non aux corridas.

Elle a aussi fait des déclarations telles que :

En 2017, il n’y pas de raison de blesser des animaux pour se divertir, c’est si cruel et inquiétant.

Les internautes ont remercié Pamela Anderson pour son geste.

Pamela Anderson était pourtant à Nîmes pour une toute autre raison.

En effet, ce n’est pas pour luter contre la corrida que la belle blonde était à Nîmes mais pour assister au concert de Christophe Maé. Un joli coup médiatique des militants qui n’ont même pas eu à convaincre la star de venir.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : , , ,