Mika sur ses débuts difficiles dans la musique : « Je pleurais chaque fois avant de chanter »

Mika sur ses débuts difficiles dans la musique : « Je pleurais chaque fois avant de chanter »
Mika fait le promotion de son nouvel album My Name Is Michael Holbrook, et de passage sur les antennes RTL, le coach de The Voice s'est confié sur les difficultés qu'il a rencontrées quand il a commencé la musique.

Mika s’est fait connaître en 2007 avec son tube Relax, take it easy. Depuis, plus rien ne l’arrête dans l’univers de la musique. Depuis 2014, il partage même son expérience et ses conseils avec ses talents dans l’émission de TF1, The Voice. Alors qu’il fait la promotion de son album My name is Michael Holbrook, le chanteur de 36 ans est revenu sur certains moments difficiles qu’il a véçu.

Si tout semble aller pour le mieux dans la carrière musicale de Mika, ça n’a pas toujours été le cas. Dyslexique, il a dû travailler, beaucoup travailler pour pouvoir apprendre le chant.

Dur dur de déchiffrer les partitions

Au micro d’Anthony Martin, Mika s’est confié sur ses premiers pas dans le chant quand il était encore tout petit. Un départ difficile car il était dyslexique. Son professeur de piano ne comprenant pas pourquoi il ne pouvait pas lire les partitions, l’a confié à sa femme. Cette dernière était chanteuse d’opéra et c’est elle qui a su déceler le talent du petit garçon de l’époque et lui a donné sa chance.

Elle m’a dit : »Si tu ne sais pas lire les notes, chante les. » Et tout à coup, quand je chantais, et bien, je pouvais jouer Frère Jacques au piano.

a-t-il précisé. Aidé par cette chanteuse d’opéra, mais aussi grâce à sa mère qui le faisait répéter, Mika a pu se frayer un chemin vers ce qui est devenu sa passion, la musique. Il raconte :

Il y avait un moment où je pleurais chaque fois avant de chanter, chaque fois avant de faire un cours. Je m’entraînais trois heures par jour, et c’est ma mère qui me faisait répéter. Une heure de respiration et deux heures de chant. (…) Tout s’est métamorphosé en une sorte de passion, le moment où la maîtrise commençait à s’installer et que cette maîtrise s’est transformée en pouvoir. Je ne pleurais plus parce que je réalisais que la vie serait beaucoup plus triste et beaucoup plus difficile sans ce pouvoir qu’était le chant.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :
Soyez le premier à commenter !

Chante comme si personne ne t'entendait !