Laurent Ruquier très remonté contre Marlène Schiappa : « nous vivons sous la dictature »

Laurent Ruquier très remonté contre Marlène Schiappa : « nous vivons sous la dictature »
Dans une interview au Journal du Dimanche, Laurent Ruquier a fait part de son agacement après les récentes polémiques qui ont touché son émission.

Dans une interview dans le Journal du Dimanche, Laurent Ruquier a fait un constat amer sur l’état de la société. Estimant que « nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa ».

Dictature de Marlène Schiappa

Interrogé par le JDD, ce dimanche 16 juin, Laurent Ruquier n’y va pas de main morte. En effet, l’animateur de On n’est pas couché a profité de cet entretien pour pousser un coup de gueule contre ceux qui, semaine après semaine, prennent son émission pour cible.

Il est notamment revenu sur les récentes polémiques qui l’ont contraint à se séparer de sa chroniqueuse, Christine Angot, pour ses propos sur l’esclavage. Par ailleurs, interrogé sur le changement de casting mais surtout de formule qui auront lieu à la rentrée, Laurent Ruquier a indiqué que c’est le contexte qui l’oblige à revoir le format :

C’est la conséquence d’une réalité. La société française n’est plus la même. Christine Angot et Charles Consigny ne sont pas responsables du fait que j’ai décidé de m’en séparer. Nous avons tout simplement changé d’époque.

A-t-il expliqué, faisant un parallèle avec les récentes mises à pied sur RMC :

Avec les mises à pied de Daniel Riolo et Jérôme Rothen, tous deux sanctionnés pour avoir évoqué, certes avec lourdeur, les frasques du Brésilien Neymar. On ne peut plus rien dire sur quoi que ce soit.

Aussi, pour Laurent Ruquier, le champ de la liberté d’expression s’est considérablement réduit ces dernières années.

Nous vivons sous la dictature de Twitter et de Marlène Schiappa. Nous sommes en permanence la proie des lobbies, des associations, de corporatismes catégoriels, du communautarisme… Or ce qui est grave, c’est que les journalistes eux-mêmes s’y mettent!

A regretté le présentateur.

Or, s’il prend pour responsable les réseaux sociaux, l’animateur de 56 ans en veut aussi à certains journalistes d’avoir critiqué les propos de Christine Angot sur l’esclavage. A l’image d’Audrey Pulvar et Aymeric Caron, ex-chroniqueurs de son émission. Arguant qu’Éric Naulleau, qui « vient aujourd’hui accuser Christine Angot de racisme » alors qu’il « travaille toujours avec Zemmour ».

Enfin, il a condamné « l’aigreur et la rancœur de ceux qui ne sont plus à l’antenne ». Évoquant Bruno Masure et Roger Zabel, il a lancé :

Je n’aurais pas voulu les avoir comme voisins durant la guerre. Twitter est en train de détruire ce métier.

Voilà qui est clair !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :
Soyez le premier à commenter !

Chante comme si personne ne t'entendait !