Anthony Kavanagh face à des hommes armés au Venezuela

Anthony Kavanagh face à des hommes armés au Venezuela
Le comédien s'est confié sur son pire souvenir de vacances au Parisien.

Anthony Kavanagh s’est confié lors d’une interview accordée au Parisien. Le comédien a raconté ses pires vacances.

Du début à la fin, ça été l’enfer absolu.

Il y a sept ans, il s’envole au Venezuela avec sa femme Alexandra et un couple d’amis. Ses ennuis débutent dès l’aéroport de Caracas lorsque des hommes armés le menace pour…des valises en échange d’argent.

Un type m’a demandé de le suivre dans un sous-sol et là, il y avait des hommes armés…qui m’ont donné nos valises contre 100 dollars.

Une fois le calvaire de l’aéroport, le groupe a pu passer un agréable séjour sur l’Isla Margarita. Mais lorsque le séjour s’est terminé, les ennuis ont recommencé. A l’aéroport, on leur a annoncé que leur vol est parti sans eux.

Or, je jouais à Paris le lendemain. Je n’avais qu’une solution : affréter un vol. Mais il fallait dix passagers et chaque siège coûtait 500 dollars. On a passé des heures comme des mendiants, à chercher des volontaires dans l’aéroport.

De retour dans la capitale française, Anthony Kavanagh découvre une dernière « surprise ».

Ma banque m’a appelé pour vérifier que j’avais bien acheté un frigo, un écran plasma et un canapé…10 000 dollars d’achats avaient été effectués depuis ma carte bancaire, avec laquelle j’avais payé dans un café de l’aéroport. Un voyage mémorable.

Le comédien de 46 ans n’est pas prêt d’oublier son séjour au Venezuela.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
1 commentaire
  1. Bon….actualité? Le récit débute avec un « il y a sept ans »…
    Le récit est celui du typique pigeon! Faut vraiment être un modèle du genre pour payer avec sa carte de crédit étrangère au Venezuela: le cours du change officiel qui est débité de la carte de crédit est un vol officiel que seuls les nuls acceptent de payer! On se demande si ça servira de leçon…je suis pas sûr….

Chante comme si personne ne t'entendait !