Grégory Lemarchal : 12 ans après sa mort son père se livre

Grégory Lemarchal : 12 ans après sa mort son père se livre
Pierre Lemarchal, le père de Grégory Lemarchal, s'est confié sur la force que lui insuffle toujours son fils, 12 ans après sa mort.

Le 30 avril 2007, le monde de la musique était en deuil. Le jeune Grégory Lemarchal nous quittait alors, emporté la mucoviscidose. Depuis, chaque année ses proches lui rendent un bel hommage à l’instar de son ancienne petite amie, Karine Ferri. Aujourd’hui, l’animatrice se bat au sein de l’association Grégory Lemarchal – destinée à récolter de l’argent pour combattre la mucoviscidose – aux côtés de Pierre, le père du chanteur.

« Je n’avais plus envie de continuer »

Ce lundi 27 mai, ce dernier s’est d’ailleurs confié sur le combat qu’il mène toujours, 12 ans après la mort de son fils. C’est à nos confrères de La dépêche du midi qu’il a révélé que le chant a toujours fait partie de la famille.

C’est vraiment une affaire de famille, ça chante beaucoup chez nous. J’ai toujours chanté mais je n’en ai jamais vraiment fait mon métier vraiment.

Pierre Lemarchal compte d’ailleurs chanter en la mémoire de son fils le 1er juin prochain  à Toulouse afin de récolter des fonds pour la recherche contre la mucoviscidose.

Quand il a commencé à chanter, on le faisait tous les deux avec d’autres chanteurs, déjà, pour ramener des fonds pour la mucoviscidose. Quand il est parti, je n’avais plus envie de continuer mais, en fait, j’en ai fait une force pour l’association Grégory Lemarchal.

s’est-il souvenu.

Si le Président de l’Association Grégory Lemarchal reprend régulièrement son micro afin de poursuivre le combat qu’il menait avec Grégory, il n’en reste pas moins ému à chaque fois qu’il monte sur scène. Et lorsque nos confrères lui demandent si Grégory lui insuffle du courage, Pierre répond sans hésitation : « Oui, bien sûr ! ».

Dans la vie, on n’est pas toujours bien, il y a des hauts, il y a des bas. Certains soirs, on a l’impression qu’on va avoir du mal à chanter mais dans ces moments je pense à Greg. Il y a des soirs, où c’était compliqué de le voir monter sur scène mais une fois qu’il y était, c’était fini. C’est ce qu’on appelle la magie de la scène. Pensant à cela, je me dis qu’il faut que j’arrête de me plaindre pour de petits bobos, mais avancer et penser au public qui sera là. Greg avait cette force incroyable.

A-t-il ajouté.

Vous l’aurez compris, pour les proches du jeune chanteur décédé à l’âge de 23 ans le combat contre la maladie continue. 

 

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :