Animatrice de charme, à quoi ça ressemble ?

Animatrice de charme, à quoi ça ressemble ?
C'est un métier qui nourrit beaucoup de fantasmes. Mais que fait vraiment une animatrice de charme ? On vous en dit un peu plus...

Téléphone ou minitel rose, salons érotiques… L’animatrice de charme est un métier intemporel qui a survécu aux évolutions technologiques. Mais comment ça marche ? Une femme s’est confiée à nos confrères de Vice sur les réalités du métier.

Animatrice de charme, pas si sexy

C’est la voix chaude et sucrée que l’on entend au téléphone un jour. C’est aussi la sévère du lendemain. L’animatrice de charme peut incarner autant de rôles qu’on peut l’imaginer ou presque comme elle le confie à nos confrères dans son témoignage.

 Je dois incarner des femmes de tout âge. Les maigres infos données par les autres animatrices qui ont assuré la conversation avant moi m’aident à rester dans le personnage : « Michelle, 52 ans, tient une supérette. Libertine. Aime les voyages. Nympho apparemment ! N’a pas de tabou.»

Le public ? Des hommes mariés, célibataires, puceaux ou veufs. Peu importe leur profil, ils veulent tous la même chose : « du plaisir sans prise de tête ». A chaque fois, il faut les faire rêver, leur faire imaginer une rencontre raconte-t-elle. Mais jamais accepter un vrai rendez-vous.

C’est l’une des rares règles dictées par mes employeurs : « NE JAMAIS accepter de se rencontrer à une date ou un lieu précis. » C’est juste une carotte pour garder les hommes sur le site, car leur assiduité a un prix. Pour lire un message et y répondre, ils doivent chaque fois débourser 1 euros. Ils réapprovisionnent donc un crédit sur le site de 20 ou 50 euros, voire plus, et discutent jusqu’à ce que celui-ci s’épuise.

En revanche, de votre côté, oubliez l’idée de devenir riche avec ce métier. Il serait possible de gagner… 100 euros par semaine. Tout sauf une fortune donc.

Plus sur le sujet

Soyez le premier à commenter !

Chante comme si personne ne t'entendait !