Divorcée d’un milliardaire, elle se plaint de ne toucher « que » 75 millions d’euros

Divorcée d’un milliardaire, elle se plaint de ne toucher « que » 75 millions d’euros
Natalia Potanin a divorcé de son époux, un milliardaire russe. Alors qu'elle espérait récupérer un tiers de sa fortune, elle se dit désormais condamnée à la "pauvreté".

Que les temps sont difficiles pour Natalia Potanin. Elle a divorcé en 2014 de son époux Vladimir, après 30 ans de mariage. Ce dernier a fait fortune dans le domaine minier à l’effondrement de l’Union Soviétique. Il aurait désormais un patrimoine évalué à 16,4 milliards d’euros. Autant dire que son époux espérait bien sa part du gâteau.

Natalia Potanin voulait un tiers de sa fortune

Alors que son époux est désormais en couple avec une plus jeune femme, comme le dévoilent nos confrères du Daily Mail, Natalia Potanin espérait au moins se rattraper dans le domaine économique.

Divorcée d'un milliardaire, elle se plaint de ne toucher "que" 75 millions d'euros

Mais, à l’issue de son divorce, elle a seulement eu le droit à la somme de 75 millions d’euros. Jugeant le résultat insuffisant, celle qui vit désormais à Londres a fait appel à la justice de Sa Majesté, réclamant un tiers de la fortune de son ex-mari. Pour y réussir, elle comptait sur la justice britannique, réputée pour être généreuse dans ce domaine.

Face à la cour, elle a argumenté que la somme de 75 millions d’euros la condamnait à vivre dans « la pauvreté » et que cela ne répondait pas à « ses besoins raisonnables ». Surtout, de son point de vue, le jugement initial en Russie aurait été biaisé. Son époux aurait usé de son influence et de son pouvoir pour obtenir cet accord limité.

Mauvaise nouvelle, sa demande a été refusée, la justice ayant jugé son lien avec le Royaume-Uni trop « faible ». Les avocats de Vladimir Potanin se sont réjouis de la nouvelle. Mais le dossier n’est pas encore fini puisque Natalia Potanin pense faire appel.

Plus sur le sujet

Soyez le premier à commenter !

Répondre

Votre adresse email n'est pas publique.