Etats-Unis : En pleine arrestation, elle essaie de séduire le policier qui la menotte

Etats-Unis : En pleine arrestation, elle essaie de séduire le policier qui la menotte
Voir le diaporama
1 Photos
En pleine arrestation, elle essaie de séduire le policier qui la menotte
Etats-Unis : En pleine arrestation, elle essaie de séduire le policier qui la menotte
En pleine arrestation, elle essaie de séduire le policier qui la menotte

April Rose Teale fait beaucoup parler d'elle aux Etats-Unis. La raison ? Son comportement pour le moins provocateur lorsqu'elle a été arrêtée par un policier. Une histoire incroyable.

Se faire arrêter n’est jamais une expérience agréable. Mais pour April Rose Teale, c’est une expérience qui risque d’être mémorable. Son histoire a désormais fait le tour de la planète, et elle ne semble avoir aucun regret.

April Teale demande au policier s’il « aime ça »

L’histoire a eu lieu fin octobre dans la ville de Tuscaloosa, dans l’Alabama, aux Etats-Unis. Après une rencontre sportive, le dimanche 10 novembre, la jeune femme de 24 ans se retrouve complètement éméchée. Mais alors qu’un policier essayait de l’arrêter et de lui passer les menottes, elle a tenté de le « séduire ». En effet, Récemment diplômée de l’université locale, elle s’est livrée à une démonstration qui va sans doute marquer sa vie pendant quelques années.

Concrètement, April Rose Teal s’est livrée à une sorte de twerk, frottant son postérieur contre les parties génitales du policier. Elle lui a alors demandé s’il « aimait ça », tout en gémissant pour simuler un acte sexuel. Un passant a filmé la scène qui s’est retrouvée sur les réseaux sociaux très rapidement.

La police l’a accusé de comportement inapproprié, mais aussi de harcèlement contre cet agent. Si elle a assuré vouloir présenter des excuses aux forces de l’ordre, ses regrets semblent toutefois être très limités. April Rose Teal doit comparaître devant le tribunal municipal après avoir été libérée moyennant une caution de 1.000 euros. Elle sera jugée au mois de décembre et risque jusqu’à six mois de prison.

Plus sur le sujet