Zahia et la prostitution : « Je ne voulais pas rester vierge ! »

Zahia et la prostitution : « Je ne voulais pas rester vierge ! »
Si Zahia s’est faite discrète sur son passé de prostituée, la jeune femme a désormais décidé de revenir sans tabou sur ce qui l’a fait connaître au grand public.

En 2008, Zahia, mineure de 16 ans à l’époque des faits, s’est retrouvée dans le lit d’un célèbre footballeur français pour une relation sexuelle tarifée. Deux ans plus tard, l’histoire sort et fait la une des tabloïds. Durant cette période, Zahia s’était retirée du milieu de la prostitution pour se concentrer sur ses collections de lingerie.

Pour le magazine Antidote, la jeune femme est revenue sur le terrible moment où le scandale a éclaté :

J’étais très mal, je ne sortais pas, je ne voyais personne. Je restais seule. Pour moi, je n’avais plus d’avenir, j’étais Zahia la pute. […] J’avais le choix entre me suicider ou avancer dans mes objectifs et les atteindre.

Zahia revient sur les raisons qui l’ont poussée à se prostituer

Car Zahia n’avait bien évidemment pas pour vocation de vendre son corps. Arrivée à 10 ans en France avec son petit frère et sa mère qui venait de divorcer en Algérie, sa famille ne roulait pas sur l’or.

On n’avait pas de maison, on ne savait pas où on allait vivre. J’avais déjà du retard parce que je ne parlais pas français et je changeais d’école tout le temps. Une fois qu’on a eu une situation plus stable, je n’arrivais plus à suivre, je ne pouvais pas rattraper le niveau. C’était un choc pour moi parce qu’en Algérie j’étais toujours la première de la classe et, d’un coup, je me retrouvais dernière. Et tous mes rêves, tout ce que je voulais faire depuis toute petite, je savais que ça n’allait plus être possible. Il fallait que je trouve une autre solution.

Le milieu de la prostitution lui a alors paru comme la réponse à ses soucis :

J’étais jeune et je voulais avoir des relations sexuelles. Je ne voulais pas rester vierge. Et puis je me suis dit : j’ai quoi comme possibilités ? Toutes les filles de mon âge avaient un petit copain, elles étaient amoureuses pendant un mois, puis elles étaient tristes, puis elles changeaient, puis elles avaient un nouveau petit copain et refaisaient la même chose. Je savais que ça allait être juste une perte de temps, que ça n’allait me mener nulle part. Je me suis dit, autant avoir des relations sexuelles et gagner quelque chose en retour. Je trouvais ça plus excitant. […] C’était bien à faire dans la jeunesse. C’était intéressant, c’était amusant.

Un tremplin pour la jeune femme ?

Zahia a vendu son corps pendant presqu’un an. Elle savait qu’il ne s’agissait que d’une passade :

Pour moi c’était une petite période de ma vie qui allait après me permettre de passer à autre chose.

Elle n’a pas du tout honte d’avoir eu des rapports sexuels tarifés. Elle affirme ne jamais avoir compris pourquoi « la pute » était mal vue.

Depuis toute petite, je m’en fiche du mot pute, pour moi ça n’a jamais été quelque chose de mal. […] Et puis, avec le temps, je me suis dit que cette étiquette allait devenir un message que je porte. Je me sens bien maintenant, je suis fière de ça. De dire : « Oui, je suis une pute, et alors ? ». Ça ne peut qu’aider les femmes. Pourquoi je devrais en avoir honte ? »

Que pensez-vous de ses confessions ?

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Soyez le premier à commenter !

Chante comme si personne ne t'entendait !