#ONPC : Echanges musclés entre Yann Moix et Patrick Sébastien

Invité sur le plateau d’On n’est pas couché, Patrick Sébastien a passé un très mauvais quart d’heure avec Laurent Ruquier et Yann Moix.

Samedi 2 avril, Patrick Sébastien était invité de l’émission de Laurent Ruquier pour faire la promotion de son nouveau livre Le vrai goût des tomates mûres aux éditions XO.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’animateur du Plus grand cabaret du monde a été molesté par les animateurs du talk show. En effet, Yann Moix a voulu revenir sur le passage concernant « la violence light » dont parle Patrick Sébastien dans son livre :

Je vais faire un tour avec toi dans ma nostalgie, du temps de la violence light. Le martinet sur les fesses, les torgnoles de comptoir, les bastons des bals musette, les pains des mêlées rugueuses.

Cet extrait n’a pas du tout été au goût du chroniqueur d’On n’est pas couché.

Yann Moix, très sensible à la violence faîte aux enfants, a justifié sa colère en expliquant que l’amalgame, entre les violences à l’encontre des enfants et les « bastons d’adultes bourrés », était inadmissible.

La grande différence entre une fessée sur un enfant et les mêlées, les bastons de comptoir et autres démêlés de bal musette, c’est l’humiliation infligée à un être qui ne peut pas se défendre. […] Je dis qu’un adulte qui porte la main sur un enfant n’est pas la même chose qu’un adulte qui se bastonne avec un ami bourré. Alors, pourquoi vous les mettez dans le même groupe de phrase ? Le mot violence et le mot light forment un oxymore. Ce sont deux mots qui ne se marient pas très bien.

Avant de lancer :

La violence light, ça n’existe pas. Cette phrase, c’est la phrase d’un salaud.

L’échange aurait pu se solder par cette petite phrase assassine, mais Yann Moix n’a pas réussi à se contenir face à un Patrick Sébastien vindicatif qui campait sur ses positions en pointant « la simplicité d’esprit et la bêtise profonde » de Yann Moix avait de lâcher :

Ce mec est malade !

Yann Moix, offensé, a confessé :

Vous savez pourquoi je suis malade ? Parce que je les ai reçus, ces coups. J’ai fait du rugby, et dans les mêlées je ne les sentais pas, les coups. Par contre, quand mon père me fracassait la gueule, je les sentais, et ce n’étaient pas les mêmes. C’est l’amalgame dans une même phrase que je vous reproche.

Abdiquant, Patrick Sébastien a répondu que :

Ce qu’a vécu Yann Moix était son problème. Et que la prise de position du chroniqueur était une façon pour lui d’exister.

La hache de guerre est loin d’être enterrée…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :
Potins.net