Kim Cattrall en guerre contre le jeunisme à Hollywood

Kim Cattrall en guerre contre le jeunisme à Hollywood
Kim Cattrall, alias Samantha dans la série à succès Sex & The City, avoue peiner actuellement à trouver des rôles lui correspondant vraiment. Elle se plaint du conformisme régnant à Hollywood dans le monde du cinéma.

Le rôle de la confiante et sulfureuse Samantha Jones a permis à l’actrice anglo-canadienne de se faire connaître internationalement dans le monde du cinéma. Après avoir étudié à l’American Academic of Dramatic Arts de New York, la belle blonde a ensuite enchaîné les rôles dans de grosses productions des années 1980, comme Police Academy. Elle sera également à l’affiche de Hold Up avec notre vedette nationale Jean-Paul Belmondo. Elle tournera même sous la direction de Brian de Palma dans le film Le Bûcher des Vanités. Kim Cattrall n’était donc pas une novice quand elle a été approchée pour interpréter Samantha dans Sex & The City, diffusée pendant six ans jusqu’en 2004 à la télévision américaine. Et cela l’aura aidé à la propulser à une renommée internationale.

 

Une femme qui s’assume

Samantha faisait partie des héroïnes de la série, fashionistas libérées en phase avec leur époque. Ces quatre bonnes copines new-yorkaises vivaient et croquaient la vie sans se soucier du qu’en dira-t-on.

Elles auront permis à une quantité de jeunes filles d’avoir un nouveau regard sur leur vie sociale, sexuelle et sentimentale.

Samantha Jones était sans conteste la plus affirmée et scandaleuse du “quatuor”. Toujours à la pointe de la mode, aguicheuse et prête à consommer. Elle assumait totalement ses pulsions sexuelles ainsi que son attirance exclusive pour les hommes plus jeunes qu’elle. Cela aura même permis à l’actrice d’enfin se considérer comme une femme désirable, de croire désormais en ses atouts. Et de pousser un coup de gueule contre le jeunisme grandissant à Hollywood. Il restreint selon elle, les propositions de rôles pour les femmes mâtures. Elle a notamment confié, invitée mardi dernier dans le Victoria Derbyshire show, populaire talk show britannique:

 Je pense que le choix des rôles est vrai­ment limité et nous cantonne à deux posi­tions : incar­ner quelqu’un qui veut rester jeune à tout prix ou quelqu’un qui a lâché l’af­faire. C’est pour cela que je suis deve­nue produc­trice.

 

Samantha Cattrall ou Kim Jones ?

À 60 ans, elle estime que les actrices de son âge sont mises de côté ou confinées à des rôles déjà taillés sur mesure. Elle poursuit:

Je ne suis pas prête à jouer quelqu’un de grotesque ou à être consi­dé­rée comme une très très vieille femme à 60 ans, ce n’est pas ce que je suis, ce que je ressens ou l’image que j’ai de moi.

La plupart des directeurs de casting à qui elle a eu affaire il y a peu, lui a demandé de paraître bien plus jeune que son âge. Mais ce n’est certainement pas une condition à laquelle elle compte se plier:

Avoir 60 ans main­te­nant n’a plus rien avoir avec avoir 60 ans à l’époque de ma mère. J’ai eu la chance de pouvoir entre­te­nir ma forme physique, d’avoir accès à une éduca­tion et à telle­ment de choses qui m’ont stimu­lée menta­le­ment et physique­ment.

La sexagénaire ressemble de plus en plus à son personnage et apparaît confiante et décidée. Ce qui contraste beaucoup avec l’image qu’elle avait d’elle-même, à 41 ans quand elle a finalement accepté de jouer dans la fameuse série.

En 1997, une femme de plus de 40 ans n’était pas consi­dé­rée comme dyna­mique et dési­rable. Je ne pensais pas pouvoir m’en sortir, je ne pensais pas que le public croi­rait autant en elle. J’avais tort ! Saman­tha a cassé les codes de toute une géné­ra­tion.

Visiblement, elle ne pense plus être dans les premiers choix. Mais Kim Cattrall reste une actrice talentueuse qui a su redonner confiance en beaucoup de femmes.

Plus sur le sujet

Répondre

Votre adresse email n'est pas publique.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Potins.net