Karine Le Marchand lynchée pour ses propos clichés sur les gays : Elle riposte

Karine Le Marchand lynchée pour ses propos clichés sur les gays : Elle riposte
Au cœur de la polémique après avoir dressé un portrait cliché de la communauté gay, Karine Le Marchand a décidé de se défendre... tant bien que mal !

Le 22 janvier dernier, M6 dévoilait la seconde partie des portraits des agriculteurs de L’amour est dans le pré 2018. Parmi eux, Thomas, 30 ans, ostréiculteur gay. Au moment d’échanger sur ses attentes amoureuses avec Karine Le Marchand, celle-ci avait mis les pieds dans le plat, en dressant un portrait grossier de l’homosexuel type.

Thomas souhaitant « quelqu’un de fort » pour l’aider dans son travail, l’animatrice avait enchaîné en disant :

Un gars un peu viril ? Tu sais qu’il y a un nom pour ça ? Les “yag”. C’est “gay” à l’en­vers. Ce sont des gays qui ne se recon­naissent pas dans tout ce qui est la culture gay, Mylène Farmer, Madonna, Dalida, tout ça… Tu vois, je t’au­rai appris un truc. Pas de mèche, pas de déco­lo­ra­tion massive.

De quoi choquer les internautes qui s’en sont pris à Karine Le Marchand.

Karine Le Marchand homophobe ? Elle n’a « même pas envie de (se) poser la question » !

Ce 5 février, interrogée par le site PureMédias, l’animatrice de L’amour est dans le pré a répondu à la polémique.

Vous pensez bien que tout ce qui passe en prime time sur M6 a été visionné par des équipes compo­sées d’hété­ros et d’homos, et que s’il y avait eu le moindre doute, problème, on aurait coupé. Je n’ai même pas envie de me poser la ques­tion de l’homophobie telle­ment ça paraît loin de moi !

A-t-elle déclaré avant de se défendre :

 Tout le monde sait que j’ai milité depuis toujours pour qu’il y ait des gays dans « L’amour est dans le pré » et que pour moi, c’est juste­ment l’exem­pla­rité qui va faire que les menta­li­tés changent. Pour tout vous dire, ce n’est telle­ment pas une ques­tion que ça m’a fait rire ! De plus, quand je demande à Thierry (autre candidat de cette année, ndlr), dont le meilleur ami lui fait à manger, s’il ne veut pas se mettre avec lui, ça ne pose aucun problème. Mais tout à coup, parce que Thomas est homo, il y aurait une suscep­ti­bi­lité plus impor­tante qu’envers les hété­ros ? Donc ça veut dire qu’on ne peut pas trai­ter les noirs ou les gros de la même façon non plus ? À un moment donné, je refuse. Je refuse de rentrer là-dedans et d’alimen­ter une polé­mique.

Là voilà pourtant en train de se justifier.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :