Enora Malagré : Cible des internautes et des médias : « Tous les jours je me fais insulter »

Enora Malagré : Cible des internautes et des médias : « Tous les jours je me fais insulter »
Menaces, insultes, craquages … Enora Malagré s’est livrée sans concession à Sam Zirah pour « En toute intimité ».

Connue pour ses légendaires coups de gueule, Enora Malagré se dévoile plus douce dans sa nouvelle émission Le Van sur CSTAR. Celle qui reçoit désormais des célébrités avec qui elle échange sur divers sujets semble avoir trouvé un programme à son image.

L’actualité de la chroniqueuse de Touche pas à mon poste a été l’occasion pour Sam Zirah de revenir sur le parcours de la jeune femme.

La cible favorite des internautes

Très attaquée sur les réseaux sociaux, Enora Malagré a avoué ne pas beaucoup lire les commentaires postés sur Twitter.

Pour la plupart ce ne sont pas des avis constructifs. Ce sont des insultes, etc. Ça n’a pas d’intérêt.

Bonne joueuse, elle ne reproche pas aux téléspectateurs de la critiquer pour ses mauvaises audiences étant donné qu’elle a pu en faire de même pour d’autres animateurs.

A un moment je me suis dit : « Eno tu n’es pas légitime à critiquer des gens qui sont plus aguerris, ont plus d’expériences que toi. » Mais le problème, c’est que si je ne fais plus ça, moi je n’ai plus de boulot. […] Cyril m’a embauchée parce que je n’aime pas la télévision […] Pour moi, c’est l’opium du peuple, donc je suis cohérente.

La jeune femme continue donc à faire ce pourquoi elle est payée, avouant avoir également un petit côté masochiste.

Me concernant je suis dans une espèce de processus de masochisme et de destruction aussi.

Tout cela entraîne alors un cercle vicieux. Comme l’a dit Enora :

Ces gens qui me détestent nourrissent ma pseudo notoriété. Les pauvres, eux qui aimeraient tant ne plus me revoir, me font exister. […] A défaut d’avoir du talent j’existe. Plus on m’insulte, plus j’existe, plus on continuera à me donner du boulot. Donc merci les gars.

Et le moins que l’on puisse dire est que cela ne semble pas près de s’arrêter.

La cible préférée des médias

Provoquant de fortes réactions à chaque prise de parole, Enora Malagré est rapidement devenue un personnage public que l’on surveille toujours d’un coin de l’œil. Les médias s’empressent de relayer ses moindres faits et gestes face à l’intérêt qui lui est porté :

Ce n’est pas facile. Je ne m’attendais pas à ça. Je le vis de moins en moins bien. Il y a une grande période où j’étais très forte je m’en foutais un peu ; là je suis fatiguée. Les épaules commencent à s’affaisser un peu. Ce ne sont pas les gens qui me dérangent mais plutôt les blogs, ceux qui se prennent un peu pour des journalistes qui déforment mes propos et s’acharnent un peu sur moi […] Mais c’est le jeu.

Cependant, celle qui montre toujours un caractère fort a avoué avoir déjà plusieurs fois craqué face aux critiques.

Je critique les gens donc c’est normal que les gens me critiquent et ne puissent pas me blairer. [Mais] il y a des jours où c’est compliqué. Il y a des jours où tu rentres et tu chiales, te demandant pourquoi tu fais ce métier. C’est hyper dur. Tous les jours je me fais insulter. Les foudres que je récolte sont parfois méritées mais lorsqu’elles ne le sont pas forcément ça m’atteint et ça atteint aussi ma famille.

Elle comprend bien que seul le négatif sera retenu pour faire le buzz. Cependant, elle ne comprend pas que les magazines people s’intéressent à sa vie privée et la mettent en couverture.

Je n’ai pas signé pour que l’on m’emmerde dans ma vie privée. Je ne suis personne, il n’y a rien à découvrir sur moi, je ne vois pas l’intérêt. C’est très douloureux. Il y a des moments où tu es plus ou moins solide. […] Ça me fait du mal, j’en pleure. On te vole des moments qui sont à toi.

La cible d’une partie du PAF

Malheureusement pour elle, même au sein de son corps de métier, Enora Malagré est aussi souvent mal vue.

J’ai gardé des textos et des mails. Je peux te dire, j’en ai eu des menaces. […] Il y a très longtemps j’avais reçu un texto d’une très grande chaîne qui m’avait dit qu’elle ferait tout pour anéantir ma microscopique carrière. J’ai eu des textos d’animateurs dans le même genre.

Enora Malagré juge ce comportement ridicule :

Ce n’est pas une attitude de bonhomme de faire ça. Au contraire, si je me fais menacer, je mets encore plus les pieds dans le plat.

Comédienne en premier lieu, Enora Malagré a avoué être entrée à la télé en se disant qu’il fallait faire le show. Sans véritablement s’en rendre compte, elle aurait aussi grossi les traits de sa personnalité. Elle pense notamment à l’époque où elle travaillait avec Cauet :

J’en ai fait beaucoup dans la vulgarité … c’est pour ça que souvent je critique les gens de télé-réalité et tout ça ; parce que moi j’ai fait ça, j’ai fait cette connerie. […] Aujourd’hui j’en ai honte et je suis suffisamment bien placée pour dire que je regrette et que ça reste.

Plus mature et posée, Enora Malagré semble désormais bien plus apaisée. Elle a déclaré vouloir arrondir les angles mais ne regrette cependant pas ses critiques qui, dans le fond reste inchangées, même si parfois la forme aurait pu être différente.

En plein doute, Enora Malagré se demande même si elle continuera dans la télévision après l’arrêt de Touche pas à mon poste.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.
Potins.net