Interview exclusive de Cindy Lopes : « Je n’ai peur du jugement de personne »

A l'occasion de sa nouvelle chanson "Sans Regrets", Cindy Lopes s'est confiée à Potins.net sur ce nouveau titre, sur la musique et sur son travail avec son réalisateur fétiche, Jean Clément Gunter.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre nouveau single Sans Regrets ?

Pour une fois, c’est un titre très personnel, avec beaucoup de métaphores et de sens cachés. Ce sera, d’ailleurs, le dernier. Nous avons tous un côté autodestructeur en nous, un côté qui aura coûté la vie à un ami qui me manque beaucoup et que je pleure souvent en me disant que j’ai frôlé l’idée de le rejoindre parfois. L’univers médiatique, la surexposition, c’est plutôt malsain ce jugement permanent de ses moindres faits et gestes. Il faut avoir le cœur solide pour encaisser les remontrances et autres jugements de gens qui ne nous connaissent pas. C’est la mort de mon personnage Cindy Lopes, un personnage hybride entre le fantasme et la réalité. Dans ce clip, je danse avec la mort et justement, au moment du tournage, je portais la mort puisque je suis tombée enceinte et il n’a pas tenu. Un moment compliqué puisque ça fait un an que mon compagnon et moi essayons d’avoir un enfant. Une petite dépression donc, mon ventre arrondit sur ces images, me déchire le cœur d’autant que le personnage de la « mort » est joué par mon conjoint. C’est une situation qui arrive à beaucoup de femmes, alors on relativise. Le public a retenu de moi la grande gueule qui ne se démonte pas, qui n’a peur de rien ni de personne, insolente et difficile à déstabiliser. Je suis devenue trop fragile pour me mouvoir dans les abysses de cette célébrité illusoire. J’évoque la fin d’un moment de ma vie qui m’a beaucoup apporté mais qui a fini par me lasser. Comme son nom l’indique, ce titre s’appelle « Sans Regrets ».

Quels sont les thèmes et les principales influences musicales de la chanson ?

Le thème est assez mélancolique, une autre facette de ma personnalité que je garde pour moi, en général. Pour les influences musicales, j’avais envie d’un son qui groove, de vrais instruments sur la bande son. C’est grâce au studio Xplose et à ses conseils de pro que j’ai été guidée au mieux vers quelque chose de vraiment artistique. Un titre fait avec mes tripes. J’aimerai beaucoup avoir l’occasion un jour de chanter ce titre en live avec les compositeurs qui sont de vrais musiciens et avec Belen Ferris, l’auteur de Sans Regrets, mais aussi une chanteuse dont je suis fan. Se produire en famille avec Chris à la guitare, Jean Marc à la batterie et Belen en choriste, ce serait magique !

Avec qui avez-vous travaillé sur cette chanson ?

J’ai d’abord discuté avec Stéfan Mélili et il m’a présenté son équipe Belen Ferris, le studio Xplose à Montreuil. J’ai travaillé auprès de Belen Ferris, l’auteur qui est parvenu à retranscrire ce que je voulais transmettre sur ce titre. Je ne sais pas vraiment comment elle a réussi à ce point à mettre des mots avec autant de justesse sur ce titre. Puis, j’ai passé un véritable casting au studio, il fallait que je montre patte blanche pour travailler avec eux. Ce ne sont pas des gens qui travaillent avec n’importe qui, ils voulaient me sonder, voir si je n’étais pas une écervelée. Ils m’ont prévenu que rien ne sortirait de leur studio sans un énorme travail. J’ai passé des heures en studio, beaucoup de travail et d’investissement personnel, mais Chris et Jean Marc ont donné beaucoup de leur temps pour que le titre soit à la hauteur. Ils voulaient un travail artistique et pas commercial.

Quel était votre premier avis dès la première fois que vous avez écouté le son terminé ?

Je me suis dit que le résultat était pas mal du tout. J’étais plutôt surprise par la qualité de ce titre. Un beau cadeau de départ en retraite médiatique lol. Un vrai travail de chanteuse en fait, même si je ne le suis pas. Le résultat me plaît à moi, c’est un titre égoïste pour moi-même, qui me parle, qui me berce et que j’adore.

Ce nouveau single annonce-t-il l’arrivée d’un album ?

Non, absolument pas. Je n’ai pas cette prétention, et puis, de toute façon, je n’aurais pas la force ni le temps d’en assurer la promotion. Un album, c’est au moins douze titres et pour moi, le studio c’est l’angoisse, donc je ne suis pas assez maso pour m’y remettre.

En quoi cette chanson est différente de vos précédents titres ?

J’ai passé ma vie médiatique à jouer un rôle, à jouer la débile ou la provocatrice, parfois même les deux en même temps mais là, je n’ai rien joué du tout. J’ai juste suivi mes « maîtres » (le studio Xplose, Belen Harris et Stefan Mélili) et je me suis laissée porter par l’inspiration divine et les images qui me venaient dans la tête lorsque je chantais devant le micro. Une pensée pour mon ami parti trop tôt, les rumeurs assourdissantes, les papiers littéralement glacés, plus trop envie de me battre. Même le Girl Power est mort, je déclare forfait… en chanson !

Beaucoup de personnes vous ont critiqué pour vos talents de chanteuse, qu’avez-vous à leur répondre ?

Je réponds qu’ils ont raison, je suis d’accord avec eux. À vrai dire, je n’ai pas une voix super. Je dirais même plus puisque j’ai une grosse angoisse d’entrer en studio pour enregistrer un titre. N’étant pas du métier, j’ai besoin d’un coaching important pour parvenir à un résultat audible. Grâce au coaching du studio Xplose, je suis parvenue à canaliser cette angoisse et à interpréter ce titre que j’aime beaucoup finalement. La voix est importante bien sûr, mais le plus important est le message qui transpire du titre.

D’ailleurs, comment arrivez-vous à gérer les critiques parfois très négatives et dures ?

Les critiques de gens que je connais, je les gère plutôt bien. Mais, mes détracteurs invisibles sont inexistants pour moi. Parfois, je me demande comment je fais pour être si insensible aux attaques. Je m’en contrebalance totalement, d’ailleurs, je me sentais toujours plus forte lorsque j’étais critiquée. J’ai moi-même saboté plusieurs projets pour le plaisir d’être critiquée et de répondre. C’est une névrose bien particulière, je dois bien le reconnaître. Je suis très superstitieuse alors je considère que les insultes portent bonheur, un peu comme quand on vous dit « merde » avant de monter sur scène au théâtre. Cela m’a pas mal réussi d’ailleurs. Aujourd’hui, j’ai la belle vie, je pars cinq fois en vacances par an et je ne manque de rien grâce à Dieu.

Avec votre passage dans la télé-réalité, vous n’avez pas peur de ne pas être prise au sérieux dans ce milieu ?

Après un passage dans la télé-réalité, on est rarement pris au sérieux alors pourquoi se prendre au sérieux ?

D’ailleurs, pourquoi s’être reconvertie dans la musique après votre participation à Secret Story ?

Après Secret Story, je me suis reconvertie dans tout, lol. Dans la musique, si on peut dire cela, dans le cinéma, le théâtre, dans les corsets haute couture, dans les cosmétiques au lait d’ânesse, dans les chroniques (Newlook, Closer, TvMag). Je me demande, d’ailleurs ce que je n’ai pas encore fait !

Avant d’être médiatisée, avez-vous déjà pensé à vous inscrire à un télé-crochet ?

Cette idée ne m’a jamais traversé l’esprit.

Vous seriez-vous lancé dans la musique même sans passage télévisé ?

Non, jamais. Mais, il ne faut jamais dire jamais !

Votre clip a été réalisé par Jean-Clément Gunter, pourquoi l’avoir choisi comme réalisateur de votre clip ?

J’ai déjà tourné avec Jean Clément Gunter dans Séquelles et il était le seul à pouvoir réaliser un clip aussi mystique. Personne d’autre que lui aurait pu faire ce clip. Je suis heureuse du résultat, il me plaît beaucoup ! Ce clip est sombre, lugubre, mystique et presque angoissant, tout ce que je voulais.

À part Jean Clément Gunter, aviez-vous pensé à d’autres réalisateurs pour ce clip ?

Je n’ai pensé à personne d’autre que Jean Clément Gunter pour ce clip. Et puis, le tournage était super sympa, l’équipe était formidable. Merci à Jean Clément Gunter et son équipe pour son accueil sur ses terres en Suisse pour le tournage et pour son travail de montage extraordinaire !

Ces derniers temps, vous collaborez beaucoup avec ce réalisateur. Mais lors de votre première rencontre, n’aviez-vous pas eu peur de son jugement envers vous ?

Non, je n’ai peur du jugement de personne. Je suis plus cool que j’en ai l’air alors. Tout s’est déroulé très agréablement.

D’ailleurs, vous avez un nouveau projet avec lui, vous pouvez nous en dire plus ?

Oui, on remet le couvert pour un nouveau film de science-fiction, cette fois-ci. « Expansion », un film qui fera beaucoup parler de lui, j’espère. Je reviendrais pour assurer la promotion de ce film, bien évidemment.

Un petit mot pour ceux qui vous suivent ?

Je sais que mes Cindystes de la première heure sont toujours là, l’armée des Cindystes est toujours dans mon cœur. Je les remercie de tous les bons moments passés avec eux, je les remercie d’avoir toujours agi en ma faveur, malgré qu’ils ne me voient plus sur les réseaux sociaux, ni nul part ailleurs. Je voudrais qu’ils gardent un bon souvenir de moi, de nous. De nos moments intenses en boîte de nuit lorsque certains traversaient la France pour venir me voir en booking. Je me rappellerais longtemps de nos sourires, de leurs mots d’encouragements. Lorsqu’ils sont venus de loin pour venir me voir au théâtre. J’ai été touchée par l’engouement à la sortie de « Secret Story », ces milliers de lettres que j’ai reçues, des sublimes cadeaux qu’ils m’ont offerts. Je me souviendrai toujours des efforts qu’ils ont déployés pour rendre à César ce qui est à César. Puisque dans « Carré Viiip », les votes étaient truqués sur la première semaine, ils s’en sont rendus compte et ont réussi à remettre les pendules a l’heure auprès de la production. Je remercie aussi tous les gens qui ont voté pour moi à l’époque de « Secret Story 3 ». Je sais qu’ils ont été très nombreux mais là encore, il fallait courber l’échine et accepter sans broncher les préférences du politiquement correct. Je garderai en moi, tous vos messages d’amour, à toutes ces femmes et ces hommes qui se sont émancipés. Bref, je remercie toutes les personnes qui m’ont soutenue. Un au revoir donc… Sans regrets !

Toute reproduction interdite sans la mention Potins.net

Interview exclusive de Cindy Lopes : « Je n’ai peur du jugement de personne »
Voir le diaporama
1 Photos
Interview exclusive de Cindy Lopes : « Je n’ai peur du jugement de personne »
Interview exclusive de Cindy Lopes : « Je n’ai peur du jugement de personne »
Interview exclusive de Cindy Lopes : « Je n’ai peur du jugement de personne »

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.

1 commentaire(s)

des plus anciens
Meilleur des plus récents des plus anciens
Magalie Hilselberger Dluznowski
1

Une fille qui ne sait pas qui elle et et où elle vas .... Dommage car elle est pas si bête que ca . Meme voir intelligente . Sûrement un traumatisme enfant . J'espère qu'elle vas vite arrêtée ses bêtises et enfin reprendre sa vie en main . Elle me fait penser à Loanna finalement

Potins.net