Papillomavirus : Connaissez-vous réellement cette infection ?

Papillomavirus : Connaissez-vous réellement cette infection ?
Le papillomavirus kesako ? On en entend beaucoup parler, mais êtes-vous au fait de ce que c'est réellement ? Comment l'attrape-t-on ? Est-ce que cela se guérit ? Potins.net a décidé de vous en parler pour y voir plus clair.

Le papillomavirus est un virus sexuellement transmissible. Des chercheurs ont permis de découvrir le lien entre le cancer du col de l’utérus et les papillomavirus humains. C’est l’infection sexuellement transmissible la plus répandue au monde.

Comment attrape-t-on le Papillomavirus ?

PVH, ou HPV pour Human Papillomavirus, représente une importante cause de mortalité par cancer des femmes en France (près de 1000 décès par an). Ce sont des lésions précancéreuses dues à des virus de la famille des papillomavirus (HPV) qui se développent. Certains facteurs aggravent l’infection tels que des rapports sexuels précoces, la multiplicité des partenaires, le tabagisme, des déficiences en vitamines ou hormonales et la présence d’une autre infection sexuellement transmissible (IST). La voie de transmission du PHV peut avoir lieu par voie cutanée, par du linge de toilette souillé, mais aussi lors du contact entre une muqueuse infectée et une muqueuse saine (rapport anal, oral, vaginal). En revanche, le virus est absent du sperme, du sang ou de la salive. Le seul moyen de détecter le PHV est le frottis. La prévention par les frottis systématiques permettra de traiter précocement les lésions suspectes.

Papillomavirus et cancer, quels liens ?

Les infections par les papillomavirus sont également à l’origine d’autres cancers comme ceux des parties génitales de l’homme ou de la femme et de plus en plus fréquemment de la bouche ou du pharynx. C’est l’acteur Michaël Douglas qui avait révélé que son cancer de la gorge n’était pas dû au tabagisme ou à l’alcool mais bien par la pratique du cunnilingus. C’est ainsi que l’acteur aurait attrapé le papillomavirus, responsable de ses tumeurs. L’infection à un papillomavirus est cinq fois moins fréquente au niveau buccal que génital. Tout ceci souligne que la probabilité de développer un cancer de l’oropharynx par la pratique du cunnilingus est très faible mais possible !

Les papillomavirus sont présents dans 99,8 % des cancers du col. Au moins une femme sexuellement active sur deux a été exposée à ces virus au cours de sa vie. Ce n’est pas pour autant qu’elle développera un cancer du col de l’utérus. En effet, le VPH disparaît du corps tout seul dans 90% des cas. Caroline Reiniche, sage-femme explique que :

C’est un cancer qui se développe lentement : entre la contamination par le virus et les premières lésions pré-cancéreuses il se passe 7 à 8 ans en général. Entre une lésion pré-cancereuse et un cancer évolué c’est à nouveau plusieurs années.

Une vaccination controversée chez la jeune fille

Il existe un vaccin anti-HPV recommandé chez la jeune fille, à effectuer avant le début des relations sexuelles, idéalement entre 11 et 14 ans. Un rattrapage est possible avant l’âge de 20 ans (19 ans révolus).

Deux vaccins sont disponibles : Gardasil et Cervarix. Ils sont efficaces contre 70 % des papillomavirus, ils n’assurent donc pas une protection totale. Deux doses de vaccin sont nécessaires, à condition que la vaccination soit effectuée avant 14 ans. Les injections sont remboursées, sur prescription médicale, à 65 %.

Quels moyens de traiter le Papillomavirus ?

On ne peut pas se protéger du papillomavirus grâce au préservatif, pour des raisons que l’on ne connaît pas encore très bien en réalité, mais il reste néanmoins indispensable pour se protéger des autres IST ! À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement contre le VPH, mais on peut traiter les inconvénients occasionnés par le virus, c’est-à-dire les verrues et les altérations des cellules du col de l’utérus.


N’oubliez pas de faire des frottis pour détecter le PHV (et pas une fois tous les trois ans, essayez de faire des frottis au minimum 1 fois par an). Et la vaccination qui reste le meilleur moyen de prévention.

Plus sur le sujet