Non un string en dentelle n’est pas une preuve de consentement

Non un string en dentelle n’est pas une preuve de consentement
Sur les réseaux sociaux, un mouvement est apparu depuis mardi avec des femmes mettant en valeur le fait qu'un string ou un autre sous-vêtement sexy n'est pas une preuve de consentement.

Cela devrait aller de soi sans qu’on ait besoin de le préciser. Une femme qui porte des sous-vêtements sexy a tout de même le droit de refuser un rapport sexuel. Et pourtant, les choses ne sont pas aussi simples pour tout le monde…

#ThisIsNotConsent

C’est un terrible jugement qui vient d’être rendu à Cork en Irlande. Une étudiante de 17 ans accusait un homme de de 27 ans de viol. Mais le juge l’a innocenté. La raison ? La jeune femme portait un sous-vêtement en dentelle au moment du viol. La relation entre les deux ne vous semble pas évidente ? Pour la justice irlandaise, c’est une preuve de consentement, il n’y avait donc pas viol.

Dans son plaidoyer final, l’avocat de l’accusé a ainsi invité le jury à regarder ce qu’elle portait.

Cette preuve ne montre-t-elle pas qu’elle était attirée par l’accusé et qu’elle était ouverte à rencontrer quelqu’un? Regardez comment elle était habillée: elle portait un string en dentelle.

De son point de vue, le consentement se matérialise donc avec les vêtements et non pas par un refus dit à haute voix comme l’avait fait la jeune femme. Une affaire qui pousse des femmes (et des hommes) sur toute la planète, à réagir en partageant des clichés de dessous sexys avec le même hashtag.

#ThisIstNotConsent (Ceci n’est pas du consentement)

Afin de peut-être en finir avec la culture du viol qui consiste à blâmer la victime…

 

Plus sur le sujet