Une fonctionnalité de ce robot sexuel révolte le public !

Une fonctionnalité de ce robot sexuel révolte le public !
En 2018, il est désormais possible de coucher avec des robots surprenants de réalisme… peut-être même un peu trop. Une fonctionnalité de ces objets sexuels a indigné de nombreuses personnes.

Durant quatre ans, Matt McMullen a travaillé sur sa création : le robot Harmony. Celui qui commercialise désormais ses robots sexuels depuis le mois de janvier continue de surprendre mais pas forcément dans le bon sens. En effet, ses poupées, toujours plus perfectionnées, possèdent une fonction très controversée.

Une fonctionnalité de ce robot sexuel révolte le public

Le prix, plutôt onéreux, varie selon les modèles. Les clients ont le choix. Nos confrères du Daily Mail ont pu passer du temps avec l’un des robots de Matt McMullen. L’humanoïde parle et fait des blagues mais ce n’est pas tout !

Il existe pas moins de 30 types de visages pour 16 types de corps. La gamme propose également un panel de 19 sortes de mamelons et 11 parties génitales différentes. Enfin, il existe environ 18 types de personnalités. Le robot pourra ainsi être soit sensuel soit gêné en fonction de vos envies.

Robot Harmony : Vers une banalisation du viol ?

L’humanoïde est programmable. Elle peut être soit ouverte aux rapports sexuels, soit réticente. De plus, cette dernière pourra demander à son propriétaire d’arrêter de la toucher si les caresses deviennent trop insistantes. De nombreuses personnes sont choquées par cette fonctionnalité qui normaliserait finalement le viol.

Ses robots 2.0 sont d’ores et déjà assez convoités par des acheteurs potentiels. Ce n’est probablement qu’une question de temps avant que leur utilisation ne se banalise et banalise la culture du viol

Qu’en pensez-vous ?

Plus sur le sujet