Un policier se servait des données de la police pour matcher sur Tinder

Un policier se servait des données de la police pour matcher sur Tinder
Un policier un petit peu trop curieux se servait de la base de données de la police australienne pour matcher sur l'application de rencontre Tinder.

Dans la grande loterie de l’amour, avant de trouver la perle rare, il faut souvent faire beaucoup de rencontres et prendre des risques. Un phénomène qui pourrait encore s’amplifier avec les sites et applications de rencontres comme Tinder. Mais certains comme ce policier australien essaient de tricher un peu.

Tinder pour les enquêtes

Adrian Trevor Moore a été policier pendant 28 ans. Autant dire qu’il a vu certains cas très particuliers passer pendant sa vie. Pour cette raison, il avait un peu de mal à faire confiance explique 7sur7. Alors, à l’heure de chercher l’amour, il a voulu mettre toutes les chances de son côté.

Quand il avait un match sur Tinder, il le cherchait dans la base de données de la police australienne. Une démarche qu’il aurait répété pour plus de 90 femmes au fil de plusieurs années. Un usage des bases de données des forces de l’ordre qui est bien sûr complètement illégal.

Quand l’affaire est devenue publique, Adrian Trevor Moore a été condamné à six mois de prison ferme.

La sentence doit montrer ce qui arrive quand les gardiens de nos données dans ce monde numérique accèdent à ces informations dans leur propre intérêt

précise le juge.

Le membre des forces de l’ordre a aussi dû payer une amende de 1.700 euros. Il devra chercher ses prochains matchs derrière les barreaux désormais…

Plus sur le sujet

Soyez le premier à commenter !

Chante comme si personne ne t'entendait !