Le rappeur Samat accusé de trafic de cannabis et de vente d’armes

Le rappeur Samat accusé de trafic de cannabis et de vente d’armes
Interpellé en septembre 2017, le rappeur Samat a été mis en examen pour "vente de cannabis et d'armes remilitarisées".

D’après Le Parisien, le rappeur français Samat a été interpellé en septembre 2017 pour « vente de cannabis et d’armes remilitarisées« . Il a désormais été mis en examen pour ces délits et risque une lourde peine de prison.

Il fait partie d’un réseau criminel très violent

Les enquêteurs suivaient déjà le rappeur de très près depuis avril 2017. En effet, les forces de l’Office central de lutte contre le crime organisé avaient découvert que Samat était le bras droit du chef d’un réseau criminel important, connu pour « assassinat, trafic de drogue, escroquerie et vol ». Cela faisait donc des mois que les enquêteurs avaient placé le rappeur sous écoute, et celui-ci a finalement mordu à l’hameçon, ce qui a mené à son arrestation le 22 septembre 2017.

C’est alors pour une simple infraction au volant de sa voiture dans le XVIème arrondissement de Paris, que les policiers l’ont interpellé. Mais les forces de l’ordre ont découvert à l’intérieur du véhicule une arme, des munitions et du haschisch.

Malgré le fait qu’il soit en prison, Samat continuerait de communiquer avec ses comparses du réseau criminel grâce à ses 5 téléphones portables. Cela pourrait toutefois aider les policiers à arrêter d’autres membres de la pègre.

 

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :