Etats-Unis : Sa mère avait inventé sa mort et organisé son enterrement

Etats-Unis : Sa mère avait inventé sa mort et organisé son enterrement
Voir le diaporama
1 Photos
Etats-Unis : Sa mère avait inventé sa mort et organisé son enterrement
Etats-Unis : Sa mère avait inventé sa mort et organisé son enterrement
Etats-Unis : Sa mère avait inventé sa mort et organisé son enterrement

Incroyable découverte pour une jeune Américaine de 21 ans qui a découvert que sa mère avait organisé sa fausse mort et son enterrement.

L’histoire de Brittany Johnson-Webster est digne d’un film hollywoodien. Cette Américaine de 21 ans a vécu sa propre mort. Une expérience rendue « possible » grâce à sa mère…

Une cérémonie à l’église

Au début la jeune femme a pensé à une blague comme le relatent nos confrères de 20min.ch. Elle a, après tout, lu son propre avis mortuaire !

Brittany a terminé son histoire le 27 octobre 2018. Elle a été appelée pour rencontrer tous les adorables bébés animaux de l’autre côté de l’arc-en-ciel.

Mais l’histoire va plus loin puisque le 10 novembre, une cérémonie a été organisée à l’église de Ferguson (Missouri) en sa mémoire. À trois heures de route de la cérémonie, la jeune femme était pourtant bien vivante ! Élevée par ses grands-parents, Brittany est catégorique : c’est sa mère qui a imaginé ce scénario pour gagner de l’argent.

J’étais sonnée. Cela a été un torrent d’émotions. Mon frère est vraiment décédé et voilà que ma maman simule ma mort. J’étais bouleversée, en colère, mais plus que tout, j’étais triste.

Raconte-t-elle à la chaîne WTSP.

Le pire ? Sa mère ne répond plus à ses messages et à ses appels depuis. Victime de problèmes de drogues selon sa fille, la mère reste simplement introuvable. Aujourd’hui, Brittany a présenté ses excuses aux personnes abusées.

Elle vous a soutiré de l’argent en essayant de vous faire de la peine. Je suis désolée pour ses agissements.

La jeune femme craint également pour sa propre sécurité. Elle demande d’ailleurs à quiconque aurait des informations de contacter la police de Ferguson.

Plus sur le sujet