La caissière réduisait la note des courses des copains en ne scannant pas tous les produits

La caissière réduisait la note des courses des copains en ne scannant pas tous les produits
Une caissière d'un hypermarché situé à Saint-Médard-en-Jalle a fait perdre plusieurs milliers d'euros à son employeur pour aider certains de ses amis en difficulté financière.

L’intention est relativement bonne, cependant la méthode reste discutable. Et surtout illégale. Nos confrères de Sud Ouest rapportent que le 9 mars dernier, une employée de grande surface a été condamnée à 60h de travail d’intérêt général pour avoir voulu aider des amis dans le besoin.

Pendant un mois, avant les fêtes de la fin de l’année 2016, cette intérimaire a fortement réduit la note des courses de ses copains. Elle ne scannait que deux ou trois articles sur une trentaine jusqu’à parfois faire fondre le montant de 1500 euros ! Tout le monde n’avait cependant pas droit à cette faveur. Ce « bon procédé » était réservé aux amis de la caissière, à savoir un électricien en arrêt maladie, une auto-entrepreneuse aux faibles revenus ou encore une intérimaire qui peine à joindre les deux bouts.

« Ils étaient dans le besoin »

C’est ce qu’a expliqué la caissière pour sa défense :

J’ai voulu les aider.

Ce qui n’a pas convaincu le président :

Vous jouiez à Robin des Bois. Sauf qu’il n’y avait pas que des produits de première nécessité dans ces chariots.

Les trois amis de la caissière vont devoir s’acquitter d’amendes allant de 250 à 500 euros, bien que le procureur de la République réclamait des peines avec sursis. Ils ont plaidé « l’euphorie du moment » et évoqué des fins de mois difficiles.

L’électricien a tenté d’émouvoir les juges :

J’étais en accident de travail depuis plusieurs mois, en fin de droit. Ça m’a aidé pour les courses de Noël.

La vidéosurveillance a permis de mettre fin à l’escroquerie et l’hypermarché a choisi de ne pas se constituer partie civile.

 

Plus sur le sujet