La mère du richissime footballeur Ainsley Maitland-Niles dort dans la rue

La mère du richissime footballeur Ainsley Maitland-Niles dort dans la rue
Voir le diaporama
1 Photos
arsenal-star-Ainsley-Maitla-644×362
La mère du richissime footballeur Ainsley Maitland-Niles dort dans la rue
arsenal-star-Ainsley-Maitla-644×362

La situation est aussi absurde qu'injuste : la mère de Ainsley Maitland-Niles, le milieu de terrain prodige de l'équipe d'Arsenal, est sans domicile fixe depuis 3 mois.

La mère d’Ainsley Maitland-Niles, le célèbre milieu de terrain de l’équipe anglaise d’Arsenal, dort dans la rue depuis plusieurs mois, alors que son fil gagne plus de 30 000 euros par semaine.

Une situation inexplicable

Ainsley Maitland-Niles est sous le feu des projecteurs cette saison. En effet, ce jeune talent de 20 ans a fait  une saison très remarquée à Arsenal. Pourtant, le magazine anglais The Sun a révélé ce samedi 3 mars 2018 que la mère du footballeur est sans-abri à Londres depuis plus de 3 mois.

Malgré les revenus exorbitant de son fils, Jule Niles dort dans un minuscule local de 10 mètres carrés, à peine isolé du froid. Ainsi, cette femme âgée de 38 ans affirme que Ainsley Maitland-Niles n’a pas voulu se porter garant pour elle, la forçant à dormir dans la rue.

Les conditions de la brouille entre la mère et son fils restent très floues pour l’intéressée elle-même. En effet, d’après elle, Ainsley Maitland-Niles refuse de lui parler depuis décembre 2017.

L’argent lui est monté à la tête et je me retrouve dans cette position.

A-t-elle ainsi expliqué à The Sun. Une situation d’autant plus absurde que son fils réside actuellement avec son frère dans un appartement londonien à 600 000 euros. Déjà millionnaire à 20 ans, celui-ci refuse pourtant d’aider sa mère, qui est obligée de se réfugier dans des cafés pour échapper au froid et doit se doucher dans des piscines municipales.

Plus que tout ma famille me manque. C’est horrible, j’aimerais juste savoir ce que j’ai fait de mal.

Une situation aussi inexplicable qu’injuste.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :