Roman Polanski désire retourner aux USA pour en finir avec les accusations de viol

Roman Polanski désire retourner aux USA pour en finir avec les accusations de viol
Roman Polanski a donc décidé d’agir dans l’affaire des accusations de viol dont il fait l’objet depuis les années 1970. Le réalisateur serait prêt à retourner aux USA afin qu’il puisse être jugé et pour que les poursuites à son encontre prennent fin.

La polémique sur les César et son retrait de la cérémonie aurait-il fait réfléchir Roman Polanski ? Le cinéaste franco-polonais songerait effectivement à retourner aux Etats-Unis. Alors qu’il était menacé d’une extradition, il désire en réalité avec ce geste mettre un terme aux accusations de viol qui pèsent contre lui depuis près de quarante ans.

Roman Polanski prêt à revenir aux USA pour répondre enfin aux accusations de viol ?

D’après des informations de TMZ, Roman Polanski serait sur le point de se rendre aux USA pour conclure définitivement ce chapitre judiciaire. Les accusations sont lourdes à l’encontre du cinéaste. Les faits qui remontent à près de quatre décennies se seraient déroulés en Californie. Roman Polanski a été accusé de viol sur une mineure de 13 ans.

La rédaction américaine de TMZ a même indiqué que le réalisateur de Rosemary’s Baby pourrait effectuer ce voyage aux USA dès la semaine prochaine. Selon des informations de BFM TV, la stratégie de défense de Roman Polanski a été préparée en amont. Harland Braun, son avocat, désire appliquer un accord amiable. Le contenu de ce procédé apparaît dans un document sous scellé. Dans une lettre adressée au tribunal, également reçue par l’AFP, l’avocat du réalisateur a indiqué que si l’accord était accepté et reconnu :

Roman peut venir à Los Angeles et au tribunal sans craindre d’être détenu.

Roman Polanski a quitté les USA en 1977. Le réalisateur, âgé de 83 ans, n’y est jamais revenu depuis. A l’époque, le cinéaste avait effectué 42 jours de prison. Il avait ensuite été libéré sous caution. Lors du procès, il avait plaidé coupable pour les faits de « rapports sexuels illégaux » avec une mineure. Roman Polanski était parvenu à s’enfuir et à quitter le territoire américain avant l’annonce du verdict. Le réalisateur craignait d’être lourdement condamné malgré un accord, tout à fait légal, passé avec la justice américaine (l’accusé ayant plaidé coupable notamment).

L’extradition : l’épée de Damoclès de Roman Polanski

Les Etats-Unis réclament donc son extradition depuis près de quarante ans. La France et de nombreux pays européens ont toujours refusé de procéder à son extradition. Son passé l’a pourtant rattrapé le 26 septembre 2009. Roman Polanski a été arrêté à Zurich suite au mandat international lancé à son encontre par la justice américaine. Il a donc passé deux mois en prison en Suisse. Roman Polanski a ensuite été assigné à résidence dans son chalet à Gstaad pendant une période de huit mois.

Selon son avocat Harland Braun, Roman Polanski devait effectuer :

42 jours d’incarcération et en a fait plus de 300.

En juillet 2010, la Suisse a finalement rejeté la demande d’extradition des Etats-Unis. Polanski a donc été libéré. En 2014, le cinéaste a de nouveau été interpellé à Varsovie. En décembre 2016, la Cour suprême de Pologne a finalement refusé d’engager cette procédure également. Le juge Michal Laskowski avait alors estimé que Roman Polanski avait « déjà purgé sa peine », que la victime lui avait publiquement pardonné et ce dernier lui avait versé le dédommagement qu’elle réclamait.

Samantha Geimer : victime depuis près de quarante ans

La victime, Samantha Geimer, avait réclamé à plusieurs reprises l’abandon définitif des poursuites. Elle souhaitait tourner la page définitivement après ce traumatisme et toutes ces années de souffrance. D’après des informations de BFM TV, Samantha Geimer aurait justifié cette volonté d’arrêt des poursuites en évoquant dans ses mémoires la notion de pardon et la nécessité d’avancer.

Je ne lui ai pas pardonné pour lui, je l’ai fait pour moi.

Les revirements récents de Roman Polanski seraient-ils directement liés à la cabale dont il a été victime pour la prochaine cérémonie des César ?

Roman Polanski avait renoncé, le 24 janvier dernier, à présider la cérémonie des César, qui va se dérouler le 24 février prochain. L’annonce de sa participation à la manifestation culturelle avait déclenché une polémique, liée à ses anciennes accusations de viol. Un appel au boycott avait été lancé, ainsi qu’une pétition demandant sa destitution.

La démarche de Roman Polanski et son retour aux Etats-Unis pourrait lui permettre de répondre et de faire face aux accusations de viol qui pèsent sur lui depuis près de quarante ans. Son prochain long-métrage D’après une histoire vraie, l’adaptation du roman de Delphine de Vigan avec Eva Green, Emmanuelle Seigner (sa compagne), Vincent Perez et Alexia Séféroglou, est actuellement en post-production.

Le comédien Lorànt Deutsch a dénoncé la virulence des réseaux sociaux et a évoqué la cabale dont avait été victime Roman Polanski à l’occasion des César. L’auteur du Métronome n’a pas cherché à dédouaner le réalisateur pour autant.

Alors que ça fait 40 ans qu’il y a eu les faits qui lui sont reprochés, que je ne commenterai pas – je ne sais pas ce qu’il s’est passé – apparemment il y a eu quelque chose, je ne dédouane pas, mais cela fait 40 ans. Et en 40 ans, il a fait tout un parcours. Il a été président de plusieurs festivals, sans qu’on l’en empêche jusqu’à présent. Et tout d’un coup, des gens exigent des choses, arrivent à vous dégommer…

Le calvaire des victimes de viol dénoncé encore récemment

L’une des dernières affaires similaires et qui avait fait couler beaucoup d’encre concernait les accusations de viol révélées par Flavie Flament à l’encontre du photographe David Hamilton. L’issue tragique ne permettra pas de lever le voile sur cette affaire sur le plan judiciaire. Woody Allen avait également été accusé de viol par sa fille adoptive il y a quelques années.

Roman Polanski bientôt face à la justice

Roman Polanski vient donc, d’après certains médias américains, de se décider à affronter et à faire face aux accusations lourdes qui pèsent contre lui. Si l’accord judiciaire était approuvé, lui permettant ainsi de revenir aux USA pour être jugé, Roman Polanski et sa victime pourraient définitivement clôturer ce chapitre douloureux de leur existence qui a entaché leur quotidien depuis près de quatre décennies.

 

Plus sur le sujet

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.
Potins.net