Jean-Marie Le Pen tacle sa fille Marine : « J’ai pitié d’elle »

Jean-Marie Le Pen tacle sa fille Marine : « J’ai pitié d’elle »
L’ancien président du FN, Jean-Marie Le Pen, se confie sur ses relations avec ses filles et elles sont au plus bas. Retour sur les mots portés sur Marine Le Pen…

Rien ne va plus au sein de la famille le Pen. Dans ses mémoires, Jean-Marie Le Pen évoque les relations avec ses filles notamment la cadette, Marine. Des mots difficiles pour lui.

Une douleur présente

Selon le magazine Closer, Jean-Marie Le Pen confie dans ses mémoires « qu’il est trop tôt pour parler » de ses filles .

Un silence qu’il n’aura pas tenu très longtemps puisqu’il finit par avouer de manière progressive que :

Je ne comprends pas tous leurs actes, ni les reproches qu’elles me font. Elles peuvent changer, et moi aussi.

Ce dernier n’hésite pas à revenir sur la carrière politique de sa fille et à en faire un bilan plutôt triste. Ainsi, il s’exprime :

Marine vient de subir une présidentielle et des législatives décevantes. Philippot et les siens l’ont quittée, elle peine à faire sa rentrée. Le prochain congrès du FN s’annonce houleux. Elle est assez punie comme cela pour qu’on ne l’accable pas.

Des propos désolants qu’il tente de modérer à chaque fois et sur lesquels il revient pour ne pas paraître trop cruel.

Une campagne ratée

Un discours qu’il essaye de tempérer mais où il finit par craquer et dire ce qu’il pense réellement. Le résultat ? Des mots froids et poignants de la part d’un père.

Un sentiment me domine quand j’y pense : j’ai pitié d’elle.

Si Jean-Marie Le Pen « a pitié » de sa fille, c’est parce que selon lui « la justice est immanente ». Il ajoute qu’à ses yeux, la vie politique et personnelle de Marine Le Pen ne se résume qu’à un seul mot : l’échec.

Sa stratégie et son stratège se sont plantés. En s’appliquant à me rendre ringard, elle s’est éclaboussée dans la manœuvre de son échec, et sans doute le Front National aussi, ce qui est plus grave.

Des propos amers de la part d’un père envers une fille. Même si les relations chez la famille n’ont jamais été au beau fixe, ce dernier termine par une métaphore destinée à sa fille cadette :

Chez les oiseaux, les parents chassent les oisillons du nid pour qu’ils volent de leurs propres ailes ; dans la famille Le Pen, c’est l’inverse, l’oiselle a viré l’aigle de son aire pour devenir adulte.

Une pensée pleine de rancœur d’un père qui n’a pas encore pardonné à sa fille de l’avoir sorti de la tête du parti.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,