Gilets jaunes : Laurence Boccolini pointe du doigt le « mépris » d’Emmanuel Macron

Gilets jaunes : Laurence Boccolini pointe du doigt le « mépris » d’Emmanuel Macron
Chacun à son avis sur le mouvement des Gilets jaunes. Laurence Boccoloni vient de donner le sien, non sans critiquer l'attitude d'Emmanuel Macron.

À l’instar de Brigitte Bardot ou de Pamela Anderson, Laurence Boccolini affirme comprendre « la colère des Gilets jaunes ». Interrogée par Télé-Loisirs, l’animatrice, qui a récemment expliqué les raisons de sa perte de poids, a précisé pourquoi ce mouvement social la touche tant :

Je ne viens pas d’un milieu aisé. Je viens d’une famille où mon père travaillait dix heures par jour. Il a cotisé toute sa vie et à la fin de sa vie il n’avait que 300 euros de retraite par trimestre…

Elle tempère néanmoins, en déplorant les violences survenues en marge des rassemblements.

Je ne comprends pas qu’on s’en prenne à des vitrines, à des citoyens qui ont des commerces. Dans mon quartier, des gens ont tout perdu à cause des casseurs. Ils sont en colère aussi.

Emmanuel Macron éloigné de la réalité de la vie ?

Mais selon Laurence Boccolini, Emmanuel Macron ne serait pas totalement étranger à la grogne des Français. Elle estime qu’il a « méprisé ce discours là » car « il n’est pas dans la vraie vie ». De quoi raviver la colère du peuple.

La vraie vie, c’est le pouvoir d’achat. Quand on est retraité, on veut bien finir sa vie. Mes parents travaillaient beaucoup, ne gagnaient pas beaucoup mais ils avaient de l’espoir pour nous. On a pu faire des études… Aujourd’hui, on perd l’espoir… Il ne faut pas mépriser le discours des Gilets Jaunes.

A-t-elle glissé le 7 décembre dernier avant l’allocution du président de la République, ce lundi 10 décembre.

Avant elle, l’humoriste Franck Dubosc a aussi apporté son soutien aux Français en colère, avant de se raviser. Filmé à son insu, il a déçu ses fans en retournant sa veste. Pour tenter de rattraper le coup, il a finalement enfilé un gilet jaune, en direct sur le plateau de Touche pas à mon poste. Mais le mal est fait…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,