François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères

François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
Voir le diaporama
3 Photos
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères

François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères

François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères
François Mitterrand : Une partie de sa bibliothèque s’arrache aux enchères

Une petite partie de la bibliothèque de l’ancien président de la République François Mitterrand, est dispersée dans une vente aux enchères qui a ces lundi et mardi à Paris.

Grand lecteur et amateur de beaux livres, François Mitterrand voit sa bibliothèque mise en vente les 29 et 30 octobre par la société de ventes aux enchères Piasa et Jean-Baptiste Proyart.

Une collection étonnante

Ainsi, il s’agit d’un ensemble de 1.000 ouvrages ayant appartenu à l’ancien président de la République de 1981 à 1995 et dont son fils Gilbert était le légataire. Cette bibliothèque est consacrée à la littérature du XXe siècle, agrémentée de manuscrits et d’autographes. Tous ces livres sont en édition originale. Certains ayant été reliés par son épouse Danielle, ou par les meilleurs artisans de la seconde moitié du XXe siècle. Au total, 683 lots pour une valeur estimée de 450.000 euros sont proposés par la maison de vente Piasa.

François Mitterrand a été bibliophile. Il aimait les exemplaires sur grands papiers et les reliures. Il était connu pour arpenter les librairies et dévorer les catalogues de libraires. Ainsi, il s’échappait des dures réalités politiques par ses fameuses promenades littéraires dans le Quartier Latin.

A rappelé le libraire Jean-Baptiste de Proyart.

Or, pour la première journée de mise aux enchères, toutes les espérances ont été dépassées. D’une manière générale, les estimations ont été largement franchies, y compris sur des ouvrages n’ayant peu de valeur politique ou historique. En effet, de nombreux vendeurs étaient présents, au point que la vente a dû être interrompue à plusieurs reprises pour faire de la place. Ainsi, quelque 330 premiers lots ont été adjugés pour la somme de 570.000 euros (hors frais). Une deuxième vente, ce mardi 30 octobre, concernera près de 350 autres ouvrages.

Des dédicaces prestigieuses

Dans chaque exemplaire, François Mitterrand avait glissé une bande de papier verticale, comportant une note manuscrite de l’ouvrage. À chaque fois, il est de même largeur. On voit le prix payé, toujours entouré d’un carré.

En outre, les livres proposés à la vente comptent figurent également des oeuvres d’auteurs de droite comme Brasillach, Maurice Barrès. Ou encore Lucien Rebatet et Drieu la Rochelle.

C’est tout un ensemble de mille livres qui révèle l’intimité de lecture de François Mitterrand de son adolescence jusqu’aux dernières années de sa vie. J’ai été très surpris.

A confié l’expert libraire.

Cependant, les ouvrages les plus populaire de la vente sont issus de son combat politique à gauche. Parmi eux, on trouve un exemplaire des Justes d’Albert Camus (5.000 à 8.000 euros) que le futur prix Nobel de littérature adresse « à Monsieur le ministre de l’Intérieur… en souvenir d’une juste cause  ». La « juste cause » évoqué par Albert Camus rappelle les liens tissés entre les deux hommes dans la Résistance sous l’occupation nazie.

De même, François Mauriac, homme de droite et oncle de François Mitterrand, lui a adressé quelques mots sur la page de garde de sa biographie du général de Gaulle :

À François Mitterrand, qui ne sera pas d’accord, bien sûr… En souvenir.

Enfin, parmi les lots les plus émouvants se trouve l’exemplaire original, et très abîmé, de Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry. Il sera proposé ce mardi à 4.000 euros. Il s’agit de l’exemplaire que le jeune Mitterrand avait avec lui en captivité en 1940. Et qu’il emporta précieusement dans sa poche lors de son évasion de son Stalag en Allemagne.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :