L’émouvante déclaration de François Morel à Paris

François Morel a lancé un cri du cœur sur France Inter le vendredi 20 novembre après les attentats qui ont touché Paris le 13 novembre. Un message de colère livré à travers une très belle déclaration d’amour envers la capitale française.

François Morel chroniqueur sur France Inter a livré l’une de ses plus belles colères, le 20 novembre au matin. Une semaine après les multiples attentats qui ont touché la ville de Paris, le 13 novembre, François Morel l’acteur, l’homme mais aussi le citoyen a essayé de livrer sa vision de la liberté aux auditeurs de la station. Ne renoncez à rien est son refrain et voici ses mots tendres et plein d’espoir.

 Ne renoncez à rien !  Surtout pas au théâtre, aux terrasses de café, à la musique, à l’amitié, au vin rouge, aux feuilles de menthe et aux citrons verts dans les mojitos, aux promenades dans Paris, aux boutiques, aux illuminations de Noël, aux marronniers du boulevard Arago, aux librairies, aux cinémas, aux gâteaux d’anniversaire.

Ne renoncez à rien !

Surtout pas au Chabli, surtout pas au Reuilly, surtout pas à l’esprit. Ne renoncez à rien ! Ni aux ponts de Paris, ni à la Tour Eiffel, ni à la Place République, à la statue de Marianne. Ne renoncez à rien ! Surtout pas à Paris, surtout pas aux titis, surtout pas à Bercy.  Ne renoncez à rien ! Ni à Gavroche, ni à Voltaire, ni à Rousseau, ni aux oiseaux, ni aux ruisseaux, ni à Nanterre, ni à Hugo.

Ne renoncez à rien !

Ni aux soleils couchants, ni collines désertes, ni aux forêts profondes, ni aux chansons de Barbara, ni à la foule des grands jours, ni à l’affluence des jours de fête, au Baiser de l’Hôtel de Ville, aux étreintes sous les portes cochères, ni aux enfants qui jouent sur les trottoirs, ni aux cyclistes, ni aux cavistes, ni aux pianistes.

Ne renoncez à rien !

Surtout pas aux envies, surtout pas aux lubies, surtout pas aux folies, ni aux masques, ni aux plumes, ni aux frasques, ni aux prunes, ni aux fiasques, ni aux brunes, ni aux écrivains, ni aux éclats de voix, ni aux éclats de rires, ni aux engueulades, ni aux fils d’attente, ni aux salles clairsemées, ni aux filles dévêtues, ni aux garçons poilus, ni à la révolte, ni à la joie d’être ensemble, ni au bonheur de partager le plaisir d’aimer, ni à la légèreté, ni à l’insouciance, ni à la jeunesse, ni à la liberté.

Ne renoncez à rien ! Ne renoncez à rien ! Ne renoncez à rien ! Ne renoncez à rien ! Surtout pas à Paris, surtout pas aux amis, surtout pas à la vie.

Sur les réseaux sociaux, son cri du cœur a fait réagir plus d’un internaute. Voici quelques exemples de tweets qui ont été postés à la suite de cette chronique.

Plus sur le sujet

Hashtag(s) liés à cet article :