La chanteuse Pink pousse un coup de gueule contre les parcs aquatiques

La chanteuse Pink pousse un coup de gueule contre les parcs aquatiques
Maman depuis juin 2011, Pink s'est toujours montrée soucieuse du bien-être de ses enfants. Mais elle sait également se montrer soucieuse de la cause animale. Et pour ça, la chanteuse est prête à défier des multinationales bien implantées.

Les parcs aquatiques sont depuis quelques années dans le viseur des associations de défense des animaux. Plusieurs d’entre elles ont exigé de Seaworld qu’il libère des orques ou dauphins vivant dans des bassins bien trop petits.

Les parcs à thème Seaworld sont présents dans presque tous les États-Unis d’Amérique. Ils présentent au public une grande diversité d’animaux marins, qui n’évolueraient pas toujours dans les meilleures conditions. Entre spectacles et environnements cloisonnés, ils ne connaissent pas de réelle liberté.

Ce qui scandalise la chanteuse Pink, c’est bien cette condition de captivité pour ces animaux. Elle s’est insurgée sur les réseaux sociaux en interpellant directement le PDG de la société. La chanteuse oeuvre afin de défendre la faune et la flore :

Quand est-ce que Seaworld transfèrera ses orques et ses autres mammifères marins dans des zones maritimes protégées pour les sauver ?

Une prise de conscience ?

Mère de deux enfants, l’interprète de What About Us se soucie beaucoup de l’avenir de ses enfants, âgés de 7 et 1 ans. Elle ne tient pas à ce qu’ils croient que « exploiter ou harceler quelqu’un juste parce qu’il ne nous ressemble pas » soit à enseigner.

Et c’est exactement ce que fait Seaworld en enfermant des animaux qui, s’ils étaient chez eux dans l’océan, nageraient des dizaines de kilomètres par jour. À Seaworld, ils ne peuvent nager qu’en petits cercles. Certains sont si frustrés qu’ils mordent les bords en béton et les barres métalliques de leurs enclos.

La société a tenu à se défendre et a répondu :

Les animaux de nos parcs et les dizaines de milliers que nous avons sauvés reçoivent une attention de qualité supérieure de la part des meilleurs vétérinaires et experts.

À ce sujet, les parcs aquatiques ont plutôt mauvaise réputation. En 2017, trois orques sont morts dans le parc de San Diego. Leurs conditions de détention ont été clairement pointées du doigt et ont suscité une vive polémique.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article : ,