Danielle Simonnet : Payée 4200 euros par mois l’élue refuse de quitter son logement social

Danielle Simonnet : Payée 4200 euros par mois l’élue refuse de quitter son logement social
Alors qu'elle gagne 4200 euros par mois, Danielle Simonnet, conseillère à la Mairie de Paris, vit dans un logement social. Même si elle est la cible de nombreuses critiques, l'élue affirme ne pas vouloir quitter son appartement

Actuellement, l’occupation de logements sociaux par des élus provoque de vives discussions au sein du monde politique. En effet, pour « des raisons d’éthique » Alexis Corbière et Raquel Garrido, qui occupaient un logement social de 80 m2 dans le XIIe arrondissement, avaient étés sommés de libérer leur logement. Aujourd’hui, c’est Danielle Simonnet qui est la cible des critiques.

Un loyer 30 à 40 % moins cher que dans le privé

Selon Le Parisien, la conseillère de Paris, membre de la France insoumise, occupe depuis 2003 un appartement. Problème, ce dernier est géré par le bailleur social RIVP (Régie immobilière de la Ville de Paris). Situé dans le XXème arrondissement, le logement social dispose d’une surface de 83 m2 pour un loyer mensuel de 1.300 euros. Une location 30 à 40 % moins cher que dans le privé selon le quotidien.

Même si la pratique n’a rien d’illégal, elle reste tout de même peu tolérée sachant que 120.000 Parisiens aux revenus plus modestes sont en attente d’un logement social. Or, Danielle Simonnet, qui occupe le logement depuis 2003, est payée 4.200 euros par mois.

Dans Le Parisien, Ian Brossat, l’adjoint au logement (PCF) à la mairie de Paris, explique :

Son appartement n’est pas de la catégorie HLM mais un loyer libre. Et dès lors qu’il n’y a pas de plafond de ressources pour l’obtenir, pas d’enquête sur les revenus de ses occupants, pas de surloyers.

L’élue s’explique

Au cœur des critiques, la conseillère de Paris, ne compte pas quitter son logement.

Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire et participer à la spéculation immobilière!

Explique-t-elle.

Jérôme Dubus, conseiller du XVIIe de Paris, se révolte.

Je constate que madame Simonnet, qui nous donne des leçons de morale au Conseil de Paris matin midi et soir et prône la transparence dans le dossier HLM, a une moralité à géométrie variable ! » Aucun élu parisien ne devrait être logé par un des bailleurs sociaux de la ville de Paris.

Face aux nombreuses pressions, l’élue quittera-t-elle finalement son logement ? Pas sûr…

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :
Potins.net