Johnny Hallyday : Un proche raconte son combat contre le cancer dans un livre, extraits choisis

Johnny Hallyday : Un proche raconte son combat contre le cancer dans un livre, extraits choisis
Le journaliste Gilles Lhote, proche de Johnny Hallyday, publie le jeudi 30 novembre prochain un livre sur le combat de la star contre le cancer.

Johnny Hallyday l’annonçait en mars dernier : il devait faire face au cancer. Mais son état de santé ne l’a pas empêché de mener à bien ses projets artistiques, à savoir l’enregistrement d’un nouvel album et la participation à la tournée des Vieilles Canailles, en juin. Invité à l’époque au 20h de TF1, le rockeur déclarait :

 Je me soigne. C’est une épreuve à traver­ser. Comme beau­coup de Français qui ont le cancer, je me soigne et je lutte, je me bats, et j’es­père bien m’en sortir.

Johnny Hallyday “cruellement marqué”

Ce combat contre le cancer, Gilles Lhote, journaliste qui côtoie le chanteur depuis près de 30 ans, le raconte dans un livre à paraître ce 30 novembre. Dans Johnny, le guerrier, l’homme évoque les traitements subis mais aussi le moral en berne de la star du rock.

Nos confrères de VSD ont dévoilé quelques extraits exclusifs de ce témoignage à paraître aux éditions Robert Laffont. On y lit que Johnny Hallyday a essayé de « nouveaux protocoles de chimiothérapie » puis est passé à « l’immunothérapie, moins agressive ». Si « il ne s’est jamais apitoyé sur son sort » « cette période l’a cruellement marqué » écrit Gilles Lhote.

Pour tenir le coup, l’artiste tient à faire la tournée des Vieilles Canailles avec Jacques Dutronc et Eddy Mitchell. La veille du premier concert, il confie au journaliste :

La fille de Jerry Lee Lewis a l’habitude de dire que son père est mort au moins une fois dans chaque hôpital de Memphis et de Nashville. Moi, quand j’ai failli mourir, je suis allé voir de l’autre côté comment ça se présentait. Je n’ai pas aimé du tout ce que j’ai vu, alors je suis revenu au pays des vivants.

La musique comme remède

Bien que gravement malade, Johnny a donc décidé de ne « rien changer à ses habitudes ».

Il est parti enregistrer des chansons avec ses musicos, au studio Apogee de Santa Monica, ou au Center Staging de Down Town ; il a craqué sur de nouveaux bolides vrombissants, fait de longues balades à moto avec sa bande sur le Pacific Coast Highway ou du shopping à Venice Beach.

Écrit encore l’auteur du livre.

Selon ceux qui le côtoient, c’est la musique qui lui a permis de tenir le coup.

Ce qui l’a aidé par-dessus tout, ce sont les séances en studio qu’il s’est autorisé entre deux traitements. […] De l’avis de tous, ces rendez-vous professionnels lui ont permis d’oublier les interminables couloirs du Cedars-Sinaï et le ballet des blouses blanches…

Mais c’est également son entourage qui lui donne des forces car un de ses musiciens a confié à Gilles Lhote :

Il ne veut plus s’emmerder dans la vie, il faut le faire rire, encore et toujours. Les potes qui viennent le voir lui offrent leur énergie, et il adore ça.

Heureusement, pour cela, il peut compter sur le soutien de son clan !

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :