Mexique : Luisito, 10 mois, pèse déjà 28 kg !

Mexique : Luisito, 10 mois, pèse déjà 28 kg !
À 10 mois, il pèse déjà 28 kg. Luisito, un petit mexicain, ne faisait pourtant que 3,5 kg à la naissance.

C’est l’un des cas les plus spectaculaires d’obésité et de diabète infantiles au Mexique. Avec ses 28 kg à seulement 10 mois, Luisito était pourtant un bébé normal à sa naissance, le 15 décembre 2016 : 52 centimètres pour 3,5 kg. Mais à deux mois déjà, le nourrisson faisait 10 kg.

Je croyais que c’était parce que j’avais du bon lait.

explique à l’AFP Isabelle Pantoja, sa mère âgée 24 ans.

Les parents ouvrent une cagnotte pour financer les soins

N’ayant pas assez d’argent pour financer les soins médicaux nécessaires à leur bébé, les parents ont ouvert une page Facebook pour réclamer des dons. Son état de santé demande des visites quotidiennes à l’hôpital afin de subir des prises de sang. L’enfant pourrait prochainement avoir besoin d’injections d’hormones selon un pédiatre, coûtant plus de 500 dollars chacune. Ce que ne permet pas le petit salaire du père, ouvrier d’une usine locale de jus de fruits.

Le petit Luisito pourrait être victime du syndrome de Prader-Willi, une maladie qui touche le système de régulation de la satiété, provoque un retard mental, des problèmes cardiaques et des problèmes de développement des organes sexuels.

Un calvaire pour l’enfant et ses parents

Au cours du premier mois, nous avons vu qu’il n’entrait déjà plus dans ses vêtements, nous devions déjà lui mettre une taille pour enfants de 2-3 ans. Quand il a eu deux mois, et que je l’ai emmené faire son premier vaccin, il pesait déjà aux alentours de 9-10 kilos.

Raconte la maman. C’est ce jour là que l’état de santé de l’enfant a alerté les médecins.

Il ne peut pas marcher, même à quatre pattes.

Déplore-t-elle.

Il peine même à rester assis sur sa chaise haute. Si bien qu’il faut alors le prendre dans ses bras. Ce qui a également des effets sur la santé de la maman.

Un dernier espoir ?

Silvia Orozco, chirurgienne du centre Zone Diet, fondé au Mexique par un nutritionniste américain les a contactés il y a de cela quelques semaines. Et l’espoir est permis même si l’enfant a « un foie gras, un poumon gras et un cœur gras ».

Sa vie est en danger mais nous espérons être encore dans les temps pour l’aider.

Raconte-t-elle par téléphone à l’AFP.

Elle compte sur le fait que les analyses effectuées confirmeront qu’il ne souffre pas du syndrome de Prader-Willi. Elle espère que son obésité est liée à « une inflation cellulaire » engendrée par le manque de nutriments anti-inflammatoires absorbés par sa mère lors de sa grossesse. Si tel était le cas, un simple traitement hormonal permettrait de soigner Luisito. La chirurgienne est confiante quant au futur diagnostic.

Plus sur le sujet

Potins.net