Des femmes, dont Catherine Deneuve, à contre-courant de l’indignation née de l’affaire Weinstein

Des femmes, dont Catherine Deneuve, à contre-courant de l’indignation née de l’affaire Weinstein
Voir le diaporama
3 Photos
c1c3ab912b6a5b8f018c66d98-1a12702aba69dd85d2a34854754d9a4db0c83b48
Des femmes, dont Catherine Deneuve, à contre-courant de l’indignation née de l’affaire Weinstein
c1c3ab912b6a5b8f018c66d98-1a12702aba69dd85d2a34854754d9a4db0c83b48

c5391eb75020a0423a2b884d5-d05d1c294b03c1175e2086e6da39bd1d749634fb
Des femmes, dont Catherine Deneuve, à contre-courant de l’indignation née de l’affaire Weinstein
c5391eb75020a0423a2b884d5-d05d1c294b03c1175e2086e6da39bd1d749634fb

424af6dae2573937d121c8249-666e0a11135b5430739113ddba6e8fb70f131dd5
Des femmes, dont Catherine Deneuve, à contre-courant de l’indignation née de l’affaire Weinstein
424af6dae2573937d121c8249-666e0a11135b5430739113ddba6e8fb70f131dd5

Une centaine de femmes, dont l'actrice Catherine Deneuve, ont défendu mardi "la liberté d'importuner" pour les hommes, "indispensable à la liberté sexuelle", dans une tribune à contre-courant de l'élan né de l'affaire Weinstein, s'attirant immédiatement des critiques de féministes.

« Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste », soutient ce collectif d’écrivaines, comédiennes, chercheuses, journalistes, dans un long texte publié par le Monde daté du 10 janvier.

Catherine Millet, le 11 juin 2014 à Paris
(credit photo AFP/Archives) Catherine Millet, le 11 juin 2014 à Paris

Rédigé notamment par les écrivaines Catherine Millet ou Catherine Robbe-Grillet, et signé par des personnalités comme Catherine Deneuve, Brigitte Lahaie, ou la journaliste Elisabeth Lévy, cette tribune se désolidarise des mouvements nés de l’affaire Weinstein, s’émouvant d’un retour « du puritanisme » et de l’avènement d' »un féminisme qui prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité ».

Ces signataires poursuivent :

Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle. Nous sommes aujourd’hui suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage, mais nous sommes aussi suffisamment clairvoyantes pour ne pas confondre drague maladroite et agression sexuelle.

À rebours des réactions saluant une « libération de la parole » et une prise de conscience de l’impunité des agresseurs sexuels, après ce scandale mondial, la tribune a immédiatement suscité des commentaires.

Sur Twitter, l’ancienne ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol a regretté « cette étrange angoisse de ne plus exister sans le regard et le désir des hommes. Et qui conduit des femmes intelligentes à écrire des énormes âneries ».

« Dommage que notre grande Catherine Deneuve se joigne à ce texte consternant », a tweeté l’ex-ministre Ségolène Royal, adressant ses « pensées aux victimes de violence sexuelle, écrasées par la peur d’en parler ».

« Délations »

Caroline de Haas, le 24 novembre 2017 à Paris
(credit photo AFP) Caroline de Haas, le 24 novembre 2017 à Paris

Ce texte est « une tribune pour défendre le droit d’agresser sexuellement les femmes (et pour insulter les féministes) », a dénoncé la féministe Caroline De Haas.

« Révoltant. À rebours de la prise de conscience actuelle », selon Osez le féminisme, qui rappelle qu' »une femme sur six sera agressée ou violée au cours de sa vie ».

Brigitte Lahaie, le 7 mars 2016
(credit photo AFP/Archives) Brigitte Lahaie, le 7 mars 2016

De l’affaire Weinstein sont nés les mouvements #Balancetonporc ou #Metoo, qui ont incité des dizaines de milliers de femmes à témoigner.

Mais pour les signataires de la tribune si « une légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes, notamment dans le cadre professionnel » a eu lieu, « cette libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire ».

Ainsi, elles estiment :

Cette fièvre à envoyer les +porcs+ à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment (…) que les femmes sont des êtres à part, des enfants à visage d’adulte, réclamant d’être protégées.

Des hommes ont été « sanctionnés dans l’exercice de leur métier, contraints à la démission, alors qu’ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses +intimes+ lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque », soutiennent encore les signataires. Elles évoquent « la vague purificatoire » qui a notamment visé les œuvres des réalisateurs Roman Polanski ou Jean-Claude Brisseau.

En mars, Catherine Deneuve avait soutenu Polanski, accusé d’agressions sexuelles, déclarant à la télévision, à propos de son inculpation en 1977, qu’elle avait « toujours trouvé que le mot de viol avait été excessif ». Des propos ensuite jugés « déplacés » par le CSA.

Sur internet, nombre d’anonymes ont relayé la tribune, commentant en particulier un passage invoquant le droit pour une femme « de veiller à ce que son salaire soit égal à celui d’un homme, mais de ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro, même si cela est considéré comme un délit ».

« Le dernier métro de Catherine Deneuve date de 1980 », raillait ainsi un internaute, en référence au film de François Truffaut dont elle fut la vedette.

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article :