Coup de feu : David Martin et Olivier Till s’en donnent à coeur joie

Coup de feu : David Martin et Olivier Till s’en donnent à coeur joie
Voir le diaporama
2 Photos
olivier till
Coup de feu : David Martin et Olivier Till s’en donnent à coeur joie
olivier till

david martin
Coup de feu : David Martin et Olivier Till s’en donnent à coeur joie
david martin

Jeudi 5 octobre avait lieu, au théâtre de l’Archipel, la première parisienne de Coup de Feu. Potins.net y était.

Véritable théâtre de boulevard, la pièce raconte le début de soirée de deux amis quinquagénaires. “Kiki” (Olivier Till) et David Martin, interprété par… David Martin. Le premier est pianiste, le second cuisinier à la télévision. Surtout, ils sont amis, voisins de palier, pères de familles divorcés, et à un tournant de leur soirée, voire de leur vie.

Kiki doit livrer un projet de music-hall dans 1h30. David Martin doit, lui, préparer un dîner romantique pour sa dernière conquête. En temps réel donc, on assiste aux réparties d’un duo sous pression, chacun essayant à bien de mener sa tâche. Olivier Till et David Martin sont très complices, et la réussite de la pièce tient dans leur entente. La scène est petite, et accueille seulement un canapé, ainsi qu’un meuble à la fois piano et plan de travail de cuisine. Allant du canapé aux fourneaux, du piano aux coulisses, cherchant pour l’un des chansons culinaires, pour l’autre le plat qui fera craquer sa conquête, le rythme est soutenu et les répliques fusent.

Coup de feu en cuisine et dans les coeurs !

Les thématiques abordées sont multiples. Les femmes, le côté “vieux garçon” qu’ils n’assument qu’à moitié, le veganisme, l’amour, la chanson et l’amitié, … Il y a des passages chantés par David Martin, plutôt avec maîtrise, et des passages plus surprenants où est suggérée la présence de Jacques Martin, son père. Un ton léger est de rigueur, mais affleurent aussi par instants des moments plus émouvants. Si Olivier Till et son comparse ne parviennent pas vraiment à saisir l’air du temps, ils réussissent néanmoins à faire rire et émouvoir par leur personnalité touchante. Les personnages apparaissent parfois un peu perdus dans une imitation de vieux adolescents à la fois excités et tétanisés par le temps qui passe. Mention spéciale à Olivier Till, plein d’énergie et de maîtrise comique.

 

Au tomber de rideau, la salle était conquise, et les comédiens heureux de leur prestation. Toutefois, on pourra objecter que les blagues et les jeux de mots font un peu vieillot, et qu’en 2017 les caricatures sexistes, sans être offensives, tombent largement à plat. Cependant, le spectateur aimera s’il a connu l’époque Jacques Martin, et si la crise de la cinquantaine lui est quelque peu familière ! En effet, les références autobiographiques de David Martin qui jalonnent la pièce s’adressent plutôt à des connaisseurs du bonhomme.

La sensation à la sortie était celle d’un bon moment passé. Les comédiens de Coup de feu prenant en effet du plaisir à faire sourire la plupart de l’audience, le tout dans une ambiance détendue et familiale. La co-auteure de la pièce, Claudine Barjol, était dans la salle. Entourée des proches de l’équipe, elle fêtait aussi pour cette première son anniversaire. Un vrai moment de théâtre de boulevard parisien !

Plus sur le sujet

Répondre

Votre adresse email n'est pas publique.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Potins.net