[Interview] Vincent Mc Doom : « Il faut que les productions commencent à avoir l’esprit plus ouvert et à donner la chance aux différences »

[Interview]  Vincent Mc Doom : « Il faut que les productions commencent à avoir l’esprit plus ouvert et à donner la chance aux différences »
Potins.net a eu le privilège d’interviewer Vincent Mc Doom. Discret depuis quelques années, le mannequin aspire à une vie plus sereine. Loin de la télé-réalité, Vincent Mc Doom s’est confié sans filtre. Nous avons découvert un homme authentique et sincère. Nous lui souhaitons une belle continuation dans ses (futurs) projets.

Potins : Cela fait un petit bout de temps que vous n’êtes plus visible sur le petit écran, est-ce un choix personnel ou est-ce par contrainte ?

1/ Un mélange des deux. Je dirais contraint car je suis mal utilisé par les producteurs. On veut toujours que tu restes dans une case et moi je suis incasable ! Je ne suis pas le faire-valoir d’une personne, j’ai une forte personnalité. Je ne suis pas Cristina Cordula ou Stéphane Plazza. Je préfère rester moi-même. Les gens m’aiment parce que je suis vrai. Beaucoup de monde pense qu’être « Vincent » est un personnage, mais c’est faux. Les émissions de Cristina Cordula sont ringardes. Il y a toujours le même vocabulaire, c’est horrible. Se dire féministe et mettre des femmes qui se battent pour une robe. Il faut donner la parole à d’autres personnes. Elle devrait s’appliquer ses propres conseils.

Potins : Vous trouviez insupportable que les réseaux sociaux aient donné la voix à tout le monde, notamment aux haters. Vous êtes aujourd’hui encore la cible de critiques virulentes ? Est-ce qu’ils sont la raison pour laquelle vous vous faites plus discret ?

2/ Je suis effectivement moins sur les réseaux sociaux et je fais moins part de mes opinions. Je me suis rendu compte que lorsque tu dis la vérité, les gens ne comprennent pas. Je peux vous donner un exemple. La Mairie de Paris m’a nommé directeur de projet sur le thème de la « grossophobie » le 15 décembre dernier. Certaines associations ont été virulentes avec moi du style « qu’est-ce qu’un pédé anorexique peut comprendre ce qu’une grosse peut vivre ? ». Ça m’a blessé car je milite énormément pour que ces femmes trouvent leurs places. La télé est également néfaste car elle n’est pas à l’image du public français. Depuis peu, on a inventé un nouveau métier « influenceur ». Ce « métier » est faux car tu peux être bête et réussir, tant mieux pour eux. Je veux bien faire du placement produit si je crois au produit.

Potins : Vous êtes assez présent sur les stations de radio notamment sur Radio Voltage. Qu’est-ce qui vous plaît dans ce support de communication ? Est-ce que c’est le fait d’avoir plus de distance avec l’audience ? De pouvoir uniquement vous concentrer sur vos propos et non sur votre apparence quand on sait combien le monde de l’audiovisuel peut être impitoyable ?

3/ J’aime la radio, il y’a une certaine liberté qu’il n’y a pas à la télé. La liberté de se vêtir comme on veut par exemple. J’aime également la télé, mais à la radio, tu peux parler directement avec les gens, il y’a une interaction avec les gens que tu ne peux pas avoir à la télé. Je peux être moi-même à la radio.

Potins : Nous savons d’après vos derniers témoignages, que le cinéma vous plaît. Vous vous êtes d’ailleurs déjà essayé à la pratique, si l’occasion se représente, seriez-vous tenté de jouer la comédie ? Que ce soit au cinéma ou pour une série-télé ?

4/ Le cinéma me plaît énormément. J’ai eu la chance de pouvoir apprendre des autres dans ma vie.  Lors de mes deux films Kickback en 2013 et Paris selon Moussa en 2002, j’ai vraiment apprécié, j’étais mordu après. J’aimerais continuer à travailler dans le cinéma mais je ne veux pas un rôle de travelo. J’aimerais bien jouer le rôle d’un homme « flic, médecin… » ou de jouer le rôle d’une femme. Ce qui me désole un peu en France, c’est que l’on voit toujours les mêmes acteurs. Ce ne sont que des amis qui jouent entre eux. Moi j’aimerais bosser avec Dany Boon mais c’est difficile. Ses films sont bons mais c’est toujours les mêmes acteurs. C’est important de découvrir. Certains films français, je ne vais même plus les voir, il n’y a aucun risque. Je pense que les femmes sont la clé du changement. Avec le mouvement #metoo, les femmes peuvent entraîner une nouvelle pépinière à d’autres acteurs et producteurs. A la télé par exemple, il y a trop peu de femmes dans ce milieu. Elles sont toujours réduites à des rôles de chroniqueuse. Il manque des Elise Lucet.

« Mais qu’est-ce que j’irais faire dans des émissions qui ne vendent que des histoires de fesse ! Aujourd’hui les participants sont comme des kleenex à qui on demande de rivaliser de bêtise parce que la production fait de l’argent sur ce concert de stupidités. Ils se font berner et je cautionne pas » (Gala, 2016)

Potins : En 2016, vous confiez aux confrères de Gala, ne plus vouloir faire de la télé-réalité, est-ce toujours le cas ? Que pensez-vous des émissions actuelles, les trouvez-vous systématiquement calculées pour faire le buzz ? n’est-ce pas le propre d’une émission de flux pour avoir le plus grand nombre d’audience ?

5/ Ça ne m’intéresse pas. C’est un festival de néant. J’ai 52 ans et j’aspire à autre chose dans ma vie. Avant c’était différent, bucolique maintenant on paie la bêtise. Les gamins sont mal payés, avant on était bien payé. Les producteurs se gavent, je ne cautionne pas. Cependant, en tant que présentateur comme un Benjamin Castaldi ou un Christophe Dechavanne, je ne dis pas non. J’aime regarder The Voice, The Island c’est du divertissement. La télé-réalité de maintenant est scriptée, si tu t’exprimes trop bien on ne te prend pas. Il faut être manipulable. C’est stupide de devoir racler les chiottes. Je veux travailler je veux faire des choses, c’est le moment. Il faut que les productions commencent à avoir l’esprit plus ouvert et à donner la chance aux différences.

Potins : Que pensez-vous du monde de la télévision aujourd’hui ? Vous sentiriez-vous prêt à le réintégrer comme au temps de La ferme célébrités ? Avez-vous des projets ?

6/ En tant que présentateur pour une émission de divertissement comme The Island, je dis oui. J’ai un projet dans le théâtre. On veut que je joue un personnage mais il faut caster une autre personnalité avec une forte personnalité, trouver le juste équilibre entre la personne et moi. Je veux une actrice avec qui je peux apprendre. On est toujours en train d’apprendre. C’est une bénédiction de transmettre, il y a de la place pour tout le monde. Ce qui est dommage aujourd’hui, c’est qu’il faut toujours casser quelqu’un pour exister. Le jour où je ne suis plus de ce monde, je veux que l’on retienne de moi que je suis une personne digne.

En Avril dernier, vous confiez à Radio Voltage sur TPMP, l’émission de Cyril Hanouna : « il a coutume de dire à chaque fois ‘tu es chez toi, quand tu as besoin tu viens’ (…) Quand je faisais la promotion de mon film, j’ai appelé Cyril Hanouna et la direction de TPMP, ils m’ont dit ‘ Vous n’êtes pas assez important. Quand il dit quelque chose, j’aimerais bien qu’il le fasse (…) S’il ne respecte pas ses dires, comment veux-tu que je le respecte ! »

Potins : A savoir qu’en ce début de mois, il a reçu le Gérard du pire animateur télé à l’occasion des Gérard de la télévision, pensez-vous que ce prix soit mérité ? Vous qui le considérez comme votre ‘ami’, pensez-vous que son émission tiendra encore longtemps avec toutes les polémiques qui tournent autour ?

7/ Non, le prix est non mérité. C’est ceux qui font les Gérard qui le méritent. Je pousse un coup de gueule mais j’apprécie Cyril Hanouna. C’est injuste ce que disent les gens sur lui. Quand tu es dans l’émission, ce sont de grands enfants qui s’amusent. L’émission va tellement vite. Chaque personne doit arriver à en placer une. C’est une émission en live, il n’y a pas de montage. Oui, cette émission a de beaux jours devant elle. Cyril Hanouna réfléchit tout le temps, il essaie de comprendre et écoute ce que les gens disent sur lui. Il est très touché par la méchanceté. Certains chroniqueurs peuvent heurter la sensibilité mais rien n’est fait méchamment. Je pense que cette émission devrait être en deuxième partie de soirée car on se lâcherait plus. Lorsque c’est en prime, il y’a plus de retenue. C’est une heure de grande écoute.

Potins : Les rumeurs du moment

Potins : En couple ?

Je suis un cœur à prendre. D’ailleurs, j’ai été terriblement triste lorsque le prince Harry s’est marié.

Potins : Des fiançailles en perspective ?

Pas de fiançailles en perspective

Potins : Vous vous seriez même marié en secret, Vrai ou Faux ?

Je ne le savais pas, j’aimerais bien. Mais le jour où je me marie tout le monde le saura. Je suis un personnage public.

Potins : Des enfants pour bientôt ?

Non pas d’enfants

Potins : Apparemment vous seriez (encore) décédé ?

Mais d’où est encore partie cette rumeur ? Je pense que beaucoup de gens me confondent avec FX. Quand ils l’ont casté, ils ont voulu faire un deuxième « Mc Doom ». Malheureusement, la notoriété lui pesait trop lourd.

Toute reproduction est interdite sans la mention de Potins.net

Plus sur le sujet

People(s) lié(s) à cet article : ,
Emission(s) liés à cet article :
Hashtag(s) liés à cet article :